La paysanne du Bas-Congo: indispensable électorat de la femme politique

La paysanne du Bas-Congo: indispensable électorat de la femme politique

forum des femmes /infobascongo

La Mission des nations unies pour la stabilisation du congo(Monusco) en collaboration avec la commission électorale nationale indépendante(Ceni) ont organisé une table ronde. Sous le thème : ‘’la femme politique : agent de l’autonomisation de la femme rurale’’, elle a notamment mis un accent sur  la prise en compte de la femme rurale capable de prêter mains fortes à la femme politique pour que celles-ci remportent les élections à venir. Elle s’est tenue à Victoria à Matadi, capitale du Bas-Congo.

Présidente provincial des paysans du Bas-Congo (sud-ouest de Kinshasa), Espérance Nzuzi signale que les femmes politiques sont souvent absentes en milieu rural. ‘’Comment allons-nous voter une candidate qui ne présente que pendant la campagne électorale ? Une femme qui ignore totalement nos problèmes ?’’, s’est-elle demandé. Pour elle, l’autonomisation passe par le contact entre les deux catégories des femmes. Ce qui justifie l’échec de la femme politique à la députation nationale lors des élections de novembre 2011.

Si en 2006 où la province a aligné deux femmes à l’assemblée nationale, aucune d’entre elle n’a été élue en 2011. Pourtant, les femmes sont majoritaires au Bas-Congo. Selon Bernadine Kitondo ‘’elles représentent 52% de la population et 70% vivent en milieu rural.’’

Josiane Mfulu Masaka, vice-présidente de l’assemblée provinciale est consciente de l’électorat important que constitue la femme rurale. ‘’ J’en prends bonne note. Je maintiendrai davantage contact avec elle’’, a-t-elle promis.

Des recommandations

Les femmes ont peaufinées des stratégies qui prennent en compte la paysanne. Journaliste, Ghislaine Kamalandua demande au gouvernement provincial de doter la chaîne publique d’un émetteur puissant pour que la femme rurale suive les émissions qui lui sont destinées.

Cependant, la paysanne attend plus que ça.’’ Nous voulons la traduction des textes légaux en langue locale, la vulgarisation de la loi portant nomenclature des actes des recettes administratives, judiciaires, domaniales et de participation, leurs modalités de perception, la lutte contre l’impunité et les tracasseries, la vérification des contrats des concessions de terre, la sécurisation des petits producteurs sur les terres …’’,a-t-elle fait savoir.

Mariama Souley, Point focal de la Monusco a exhorté la femme politique d’aider la femme rurale à avoir notamment accès à l’eau potable.

Les recommandations qu’elles ont formulées vont être remises au gouvernement provincial.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.