Matadi : la police de proximité appréciée par les habitants

Matadi : la police de proximité appréciée par les habitants

Des policiers seminaristes/photo Dany Kinda

A Matadi, chef-lieu du Bas-Congo au sud-ouest de Kinshasa, les policiers de proximité formés sont déjà déployés sur le terrain pour effectuer leur stage. Certains sont au poste de commandement, d’autres sont à la circulation routière. Le stage de ce nouveau type de policiers se déroule bien. Ils sont appréciés.

Ce matin de Mars, attrayante dans son uniforme bleu de nuit Eugénie Ngoma ,40 ans, assiste à la parade. Le passant rouge jaune qu’elle porte est caractéristique de la police de proximité, un nouveau mode de fonctionnement de la police.

Elle se compte parmi les 277 premiers policiers de proximité policiers venus de Boma, Matadi, Cataractes et Lukaya. Formés pendant quatre mois, grâce à l’appui de la coopération britannique à Mvula-Matadi en territoire de Sekebanza, ils sont tous en stage depuis janvier.  Selon Célestin Kibambe,commissaire supérieur adjoint et encadreur ‘’ ils  maîtrisent  toutes les techniques policières afin de favoriser le partenariat avec la population civile en vue d’une police de proximité.’’

Ce nouveau fonctionnement de la police a été décidé à Sun Cyty en Afrique du Sud lors du dialogue intercongolais en 2002. ‘’ C’est parce que la police ne jouait plus son rôle, très brutale, elle était au service des individus’ ’, explique Kuma Ayobo, commissaire supérieur et  coordonnateur provincial de la police de proximité. Du coup, la population se méfiait de sa police .

Bon comportement

Sur le terrain, ils ne se comportent comme les autres. ’’Notre façon de travailler avec les non formés diffère. Car je ne peux pas comprendre qu’un homme menotté puisse être traîné. Ils sont encore brutal’ ’, regrette-t-elle. Dans plusieurs coins de la route où ils apprennent à réguler la circulation, ils ne demandent pas de l’argent aux chauffeurs. ‘’ Nous sommes contents d’eux car, ils ne nous tracassent pas. Mais, ils doivent encore apprendre beaucoup pour mieux réguler la circulation’ ’, a fait savoir un chauffeur.

Selon une source’ ’chaque policier de roulage a droit à 35$ la semaine afin de leurs épargner de tracasser les habitants.’’

Une femme de Nzanza, a elle aussi, frais à l’esprit, le bon travail des policiers de proximité.’’ J’étais très dérangé par mon fils. Mon désir était de le mettre à la disposition de la police mais, ils m’ont dit que je devais l’emmener au tribunal pour enfants’ ’, se souvient-elle.

A l’issue de leur stage prévu fin Avril, les policiers de proximité travailleront à Nzanza,  commune pilote  dans le cadre de cette réforme de la police.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.