Matadi : sans la prime, les policiers de proximité sont comme les autres policiers

Matadi : sans la prime, les policiers de proximité sont comme  les autres policiers
Partagez

Des policiers seminaristes/photo Dany Kinda

A Matadi à 365 Km de Kinshasa,  les policiers de proximité sont de plus en plus accusés de commettre des abus à l’encontre des habitants. Cela s’observe depuis qu’ils ne sont plus payés par la coopération britannique.

‘’ Je croyais que la police de proximité allait faire mieux mais, je suis déçu de les voir emmener à moitié nu un chauffeur à Nzanza ’’, se plaignait un autre chauffeur. Un journaliste a lui aussi regretté, le comportement d’un officier supérieur de la police de proximité au terrain Damar en ville basse lors du concert de ‘’Zaïko Kolo mboka’’, le samedi dernier. ‘’ Il m’a bousculé parce que j’avais apporté une autre chaise que celle estampillée Bracongo et m’a dit qu’il était en colère car, la coopération britannique ne le paye plus.’’

Formés pendant quatre mois à Mvula – Matadi en territoire de Sekebanza, les policiers de proximité viennent de terminer leur stage qu’ils avaient débuté depuis janvier à Matadi. Leur travail était salué par les habitants. ‘’ Ils sont respectueux des droits de l’homme, n’acceptent pas la corruption, ne sont pas répressifs…’’, saluait une femme qui avait conseillé d’emmener son fils turbulent au tribunal pour enfants mais par au cachot.

Plus de prime

Malheureusement, depuis qu’il y a deux mois qu’ils ne sont plus payés, ils ont repris les mauvaises habitudes. Autrefois, ils bénéficiaient de la coopération britannique 42 $ chaque semaine. Selon Germain Mvumbi, coordonnateur de DAI, une Ong financée par la coopération britannique ‘’la coopération avait la charge de payer cet argent uniquement  pendant la formation et le stage. C’est donc maintenant au gouvernement congolais qui doit prendre la relève’’.

Face aux  cas d’abus enregistrés Atou Matubuana a fait une motion incidentielle aujourd’hui à l’assemblée provinciale sur l’insécurité qui est entrain d’élire domicile à Nzanza, le quartier le plus mouvementé de la ville. ‘’ Nous devons nous préoccuper de cette situation avant que le pire n’arrive’ ’, a-t-il suggéré.

Par Hélène Sodi

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.