Matadi : un Congolais de l’étranger bondit sur un présumé profanateur de la tombe de sa mère

Matadi : un Congolais de l’étranger bondit sur un présumé profanateur de la tombe de sa mère
Partagez

des tombes profanées

Un congolais de retour à Matadi, sa ville natale à 365 Km de Kinshasa n’a pas supporté de voir la tombe de sa mère au cimetière de Kinkanda détruite. Il a roué un présumé profanateur de coups ce matin.

Très énervé de la destruction de la tombe de sa mère, ce Congolais de l’étranger est tombé  sur un jeune homme en plein cimetière de Kinkanda. Ce dernier a eu la vie sauve grâce à l’intervention des policiers. ‘’Ce n’est que dans ce pays que l’on ne connait pas la valeur d’un cimetière. C’est anormal ce que je vois et comment les autorités doivent-elles laisser faire ?’’, se demandait ce Congolais.

Revenu de l’Europe, il est allé s’incliner sur la tombe de Shangi Malanda, sa mère,une femme qui était très connue à Matadi pour ses beignets qui étaient prisés. C’est en 1988 qu’elle a été enterrée. Sur place, il n’a constaté que des ruines. A côté, une maison est sortie des terres. Sur la véranda, les morceaux des carreaux sont celles qui étaient placés sur la tombe de sa maman. C’est ce qui l’a poussé à cogner sur une des personnes qui habitent cette maison.

Fermée à la sépulture, le cimetière de Kinkanda n’a pas encore mis 10 ans. Pourtant, la loi parle de désaffectation après que le dernier enterré a mis 50 ans.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.