Bas-Congo : non clôturé, le cimetière de Kinkanda continue d’être profané

Bas-Congo : non clôturé, le cimetière de Kinkanda continue d’être profané
Partagez

Par manque de clôture des cimetières Ngadi I et II à Kinkanda à Matadi, capitale du Bas-Congo au sud-ouest de Kinshasa, la profanation des tombes s’accentue. Les habitants qui sont allés se recueillir sur les tombes des leurs ce 1ère août, fête des morts ont été déçus.

Visiblement ahuri, Joël Mbingulu larmoie : ‘’Mes enfants ne pourront plus voir la tombe de leur grand-père’’. Enterré en 2004, sa tombe à Ngadi I a été remplacée par une fondation.

Fermé à la sépulture en 2007, les cimetières de Ngadi I et II laissent place à des bâtisses. Ils appartiennent aux ayants droits, à la population et aux autorités politiques, administratives, militaires et policières.

Après moult revendications de la société civile, la mairie a décidé l’année passée de clôturer ce cimetière avec des pruniers (Spondias Mombin) pour un coût de 311 000  $.  Malheureusement, rien n’est fait. ’’ Si l’autorité n’est pas capable, nous  sommes prêts à nous cotiser en fin de sécuriser les tombes de nos parents’’, a suggéré Jolie Mwangala.

Selon Jean-Marc Nzeyidio ‘’la mairie attend la défalcation de ce montant du gouvernement provincial car, elle n’a pas des moyens étant donné que 80% des enterrements au cimetière de Boko sont gratuits à cause de la pauvreté des habitants’’.

Gouverneur intérimaire, Deo Nkusu signale que ‘’dans un bref délai ce cimetière sera clôturé’’.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.