Campagne électorale : propos forts des derniers candidats gouverneurs

Campagne électorale : propos forts des derniers candidats gouverneurs
Partagez

Les six derniers tickets de candidats gouverneurs et vices ont clôturé la campagne électorale à l’assemblée provinciale au quartier ciné-palace à Matadi. Leurs propros forts.

Francine Kimasi :

Francine Kimasi à l'assemblée provinciale/Infobascongo

’Je suis la seule femme candidate en cette période où l’on parle de la parité. A l’exemple de ma Mwilu, Sophie Kanza, Nzuzi wa Mbombo, des femmes qui ont milité pour le développement du Bas-Congo et sont devenues une référence. Je compte faire autant. Je veux m’investir pour mettre fin aux tracasseries par la circulation des biens et des personnes. Je compte valoriser l’agriculture, faciliter la commercialisation des produits agricoles par la construction des routes, valoriser les personnes de troisième âge par la politique de l’épargne, valoriser le secteur minier en mettant un accent particulier sur les petites et moyennes entreprises. La province a besoin d’un sang jeune. Votez  la seule femme sur la liste, c’est marquer l’histoire de la province et espérer à un changement véritable’’.

Jacques Lunguana, député national et pdg de la société Lunguana :

‘’Je veux être gouverneur pour la gestion saine et orthodoxe des finances publiques de la province, la sécurité des personnes et de leurs biens, l’environnement et la lutte contre l’insalubrité, l’accès aux services sociaux de base, la promotion des sports et l’encadrement de la jeunesse, la réhabilitation de l’administration provinciale. L’expérience professionnelle, la formation, la probité et les valeurs morales sont des atouts que doivent posséder ceux qui ont l’ambition de gérer la province. Je peux vous rassurer que je réponds parfaitement à ces critères’’.

Willy Niansi :

’ Je promets assainir les finances de la province, arracher les 40% des recettes qui doivent revenir à la province. Depuis 2008, par manque de rétrocession, plus de 90 milliards de fc (plus de 90 milliards des dollars) ont échappé à la caisse du Bas-Congo. Et pour les recettes des entreprises pétrolières, c’est plus de 224 milliards de fc (plus de 224 milliards de dollars). J’ai travaillé pendant 20 ans à la banque centrale et je compte mettre mon expertise pour redresser les finances de la province. En ma qualité de banquier, je connais tous les rouages, je vais décanter la situation ‘’.

Deo Nkusu, gouverneur intérimaire :

Deo Nkusu à l'assemblée provinciale/Infobascongo

‘’Je demande votre suffrage pour la continuité de la modernité. Je compte poursuivre le travail que nous avons entrepris dans le domaine de la construction et de la réhabilitation des infrastructures administratives, routières, sanitaires, d’enseignement primaire, secondaire, supérieur et universitaire de base. Je compte faire de l’agriculture un véritable pivot de développement, soutenir l’effort de la réhabilitation et de la relance des unités de production,  créer des fermes piscicoles en réactivant notamment les centres d’alevinage de Luango, Nkundi, Mawunzi, Kasangulu, soutenir toute production locale et encourager les investissements , m’impliquer et travailler très activement pour l’amélioration du social de notre province’’.

Me Alphonse Kembukusua :

’Je me suis consacré à l’éducation de ce pays. Je compte équiper les écoles en laboratoire suivant chaque critère, fournir des bancs-pupitres et des matériels didactiques, poursuivre le programme d’électrification des bâtiments scolaires, accorder une attention particulière à la mécanisation et au paiement des salaires et primes du personnel enseignant. L’argent proviendra des moyens propres de la province, des dons constitutionnels que le Bas-Congo doit obtenir du gouvernement central, de l’accord financier des partenaires’’.

Pierre Nzakuna :

‘’ Je veux valoriser les droits de l’individu. Nous devons revenir aux valeurs qui ont fait du mukongo un homme responsable. Hier, la province a connu des élites tels que Paul Panda, Thomas Kanza, Sophie Kanza malheureusement, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Je veux allouer un budget dans le secteur éducatif  pour former les têtes bien faites. Former des jeunes compétitifs sur le plan international. Je veux encourager les chercheurs car, ils peuvent attirer les recettes par leurs résultats. La misère du Bas-Congo est artificielle car notre sous- sol regorge les minerais’’.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.