Interview : ‘’C’est un vaste complot’’

Interview : ‘’C’est un vaste complot’’

Patrick Bengo,conseiller politique du gouverneur ai

(www.infobascongo.net) Au plus tard ce 8 novembre, le ticket Deo Nkusu-Jean-Marie Mulato va introduire sa requête en annulation du scrutin du gouverneur et de son vice du 31 octobre dernier. Patrick Bengo, conseiller politique du gouverneur intérimaire évoque le pourquoi de cette contestation et de l’échec de ce tandem.

(www.infobascongo.net) Patrick Bengo, vous étiez le témoin du tandem Nkusu-Mulato à l’élection. Pourquoi contestez-vous les résultats de cette élection ?

Patrick Bengo : Nous allons introduire une requête en annulation du scrutin du 31 octobre dernier à la cour d’appel et à la cour suprême de justice par rapport au caractère irrégulier de la composition de la plénière. En effet, il y a des électeurs qui ne devaient pas être là. Car, ils ont postulé aux élections législatives de 2011 dans d’autres partis politiques. Or, la loi dit qu’ils devaient perdre leurs mandats. Il y a d’ailleurs une jurisprudence à propos. Après la mort de François Kimasi, l’ancien président de l’assemblée provinciale, il devait être remplacé par son premier suppléant. Cependant, ce dernier a été invalidé parce qu’il s’était présenté aux élections de novembre sous un autre label. C’est donc la 2ème suppléante qui a été validée.

IFBC : Vous faites allusion à qui exactement ?

P.B : Il y a par exemple le député Mambo qui s’est présenté dans un autre parti politique pendant qu’il était du RSF de Lunda Bululu. Son parti a même exigé son invalidation mais le bureau a tergiversé. Atou Matubuana, le candidat vice-gouverneur s’est présenté contre la volonté de l’ARC, son parti. Ce dernier avait aussi écrit à propos à l’assemblée. La situation est la même pour le Mlc Léonard Fuka qui s’est présenté en indépendant. En ce qui concerne le député Manuana bien qu’il se soit présenté en indépendant, il y a eu une entente plus tard avec son parti.

IFBC : Pourquoi chercher leur invalidation seulement après votre échec à l’élection ?

P.B : C’est un contentieux électoral. Cela ne se fait donc qu’après l’élection. Il n’y a pas de prescription, on peut le relever à tout moment. Une autre irrégularité, c’est que l’élection a eu lieu huit mois après le délai constitutionnel. Au fait, il devait se faire un mois après la démission du gouverneur Mbatshi.

IFBC : Pourquoi selon vous, le tandem Nkusu-Mulato a échoué ?

P.B : C’est un vaste complot. Un groupe de députés a voulu de tout le monde sauf de Deo Nkusu. Lors du départ du gouverneur, beaucoup avaient des ambitions au sein même du parlement. C’est légitime. Mais comme, ils n’avaient pas le quitus de Joseph Kabila, ils sont allés chercher Jacques Mbadu.

Beaucoup reprochent Deo de refuser la corruption, son attitude à refuser de donner des marchés à n’importe qui, d’avoir audité la Régie provinciale d’encadrement et de recouvrement des recettes…Personne parmi ses députés est allé auprès de la base pour consulter la population. Ils ont préféré prendre en  otage toute une population en vue de sanctionner Deo. Vous avez même une structure aigrie constituée des personnes de la majorité, du pouvoir et de la société civile. Tout cela parce qu’il ne donne pas de l’argent. C’est injuste, nous n’allons pas accepter cela. Il y a même un député de l’opposition qui fête la victoire du candidat de la majorité. C’est révélateur.

IFBC : Croyez-vous que votre requête va aboutir ?

P.B : Je suis confiant au droit car, il est têtu. La justice va faire son travail.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.