Matadi : Denise Bakadi, une policière modèle

Matadi : Denise Bakadi, une policière modèle

Denise Bakadi,policière de proximité/Muaka Dimbi

Matadi : Denise Bakadi, une policière modèle

Denise Bakadi Bamba est une policière formée qui fait parler d’elle à Matadi, dans le Bas-Congo. Dans l’exercice de ses fonctions, elle fournit des prestations de qualité qui lui valent aujourd’hui l’admiration des habitants de la commune de Nzanza précisément.

Moulée dans l’uniforme bleu-sombre de la police nationale congolaise avec des épaulettes noires traversées chacune par deux barres blanches et un brassard vert foncé attaché sur le bras droit, Denise Bamba est une « policière de proximité ». Cette sous-commissaire de grade, mariée et mère de trois enfants assure, depuis le 11 Avril 2012, les fonctions de chargée des relations publiques au Commissariat de police de Nzanza, commune-pilote de la police de proximité. Denise applique à la lettre les notions qu’elle a apprises sur le nouveau mode de fonctionnement de la police lors de son passage au centre d’instruction de Mvula –Matadi dans le Territoire de Seke-Banza. Tout en demeurant une femme de caractère, elle accueille les habitants poliment en arborant un sourire. ‘’ C’est grâce à l’application de ces notions que je suis admirée’’, explique-t-elle.

Elle ne reste pas clouée au bureau. Cette policière descend aussi sur le terrain pour des interventions. Mais, elle a mis une croix sur ses vieilles habitudes. . «  J’étais aussi partisane de la brutalité et de la violence lorsqu’on m’envoyait intervenir quelque part. Car une fois devant un hors-la-loi, la première chose qui me venait à  l’esprit, c’était de le violenter et, éventuellement, de lui vider les poches », confesse-t-elle. Denise s’est approprié la première règle d’or du commissariat, laquelle stipule : ‘’ les services de la police sont gratuits ».

Appréciée

Pour mieux faire comprendre aux habitants de Nzanza le fonctionnement de la police de proximité, Denise  va vers eux. Elle leur explique, par exemple, qu’ils ne doivent pas se rendre justice. Ses enseignements commencent à payer. Quatre présumés voleurs ont été conduits à la police par la population en lieu et place de recourir à la justice populaire.  « C’est une avancée significative dans la mentalité  de cette  agressive population de Nzanza », se réjouit un habitant.

Fort de ce travail, la sous-commissaire est adulée. « Nous la préférons parce qu’elle ne rançonne pas  les gens et se limite tout simplement à prodiguer de sages conseils selon la gravité du cas », témoigne un habitant de Nzanza. Même sa hiérarchie s’en félicite. « Cela fait plaisir de la voir se distinguer par sa prestation malgré les dures conditions de travail », reconnaît Georges Kuleka, Commandant de la police, ville de Matadi. En respectant l’éthique et la déontologie de la police et  surtout en créant l’esprit d’émulation qui, aujourd’hui, consolide davantage le mariage longtemps mis en mal entre la police et la population, Denise maintient  tant bien que mal, l’ordre et la discipline à travers tous les sept quartiers de Nzanza lorsqu’elle intervient sur un problème quelle qu’en soit la gravité’’, renchérit Jérémie Nkumu, commandant second du commissariat de Nzanza  qui l’encadre professionnellement.

Dieudonné Muaka

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.