Séjour de Deo Nkusu à Matadi : administratifs suspendus, médias muselés

Séjour de Deo Nkusu à Matadi : administratifs suspendus, médias muselés
Partagez

Deo Nkusu s'adressant aux députés provinciaux/Infobascongo

Fin du séjour à Matadi de Deo Nkusu, ancien gouverneur intérimaire du Bas-Congo. Mais il part laissant des administratifs suspendus et une presse muselée.

Le chef de division de la Société nationale des éditeurs,compositeurs et  auteurs (Soneca), les protocoles d’Etat du gouvernorat Luc Maboti et Roger Massinga croupissent sous des suspensions. Jean-Marc Nzeyidio, le maire l’a échappé belle. Il a lui écopé d’une demande d’explication. Selon une source, c’est sous l’ordre du gouverneur qu’ils sont sanctionnés.

Samedi 18 mai , Deo Nkusu, ancien gouverneur intérimaire est arrivé à Matadi après un séjour de près de quatre mois à Kin. Aussitôt, il est allé aux obsèques de feu Samuel Lutete Kandansiesi, chef de division des Travaux publics et infrastructures.  Il a été ovationné. Jean-Marc Nzeyidio lui a cédé sa place et le chef de division de la Soneca, le micro après qu’il a déposé sa gerbe de fleurs. L’ancien gouverneur a fait un bref témoignage sur l’illustre disparu qu’il appelait affectueusement Oncle et qui connaît sa famille.  C’est donc pour ce qui est qualifié de ‘’négligence’’ que ces administratifs sont sanctionnés. ‘’ Je ne vois pas pourquoi les gens sont en train de payer. Si on est courtois, je pense que je mérite ce micro. C’est quelqu’un avec qui j’ai travaillé pendant huit ans et il était un ami de mon oncle, informe Deo Nkusu. J’espère qu’avec le temps, tout le monde va récupérer ses esprits.’’ Pendant son séjour, la peur au ventre, beaucoup de gens ont refusé de le rencontrer de peur d’être indexés.

Médias muselés

Avant de quitter Matadi, Deo Nkusu a réalisé une émission télévisée le dimanche dernier. Elle devait être diffusée dans tous les médias de Matadi. Mais, cette émission sur la situation actuelle de la province est mise en boîte. Les médias remettent l’argent de la diffusion sans avoir pris connaissance de son intervention. ‘’ Nous sommes coincés, nous ne saurons pas diffuser cette émission’’, explique un responsable d’une chaîne.

Dans une salle de montage d’une chaîne de la ville, un technicien et un journaliste voulaient en venir aux mains. La pomme de discorde : l’image de l’ancien gouverneur à enlever absolument dans un reportage sur un culte d’action de grâce d’une église. Pour le journaliste ‘’il est une persona non grata’’.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.