Bas-Congo :ne pas respecter les heures de repas est nuisible à la santé

Bas-Congo :ne pas respecter les heures de repas est nuisible à la santé
Partagez

 

Repas scolaire / Photo Internet

A Matadi, au sud-ouest de Kinshasa les habitants qui n’ont pas assez de moyens ne respectent pas souvent les heures de repas et engouffrent un lourd repas une fois, le soir. « Ce n’est pas délibérément que nous mangeons tardivement. Quand, je rentre du travail, les enfants et moi attendons que maman vende au marché pour nous envoyer de quoi manger et souvent, c’est vers 15 heures », explique un enseignant de Matadi.  » Respecter les heures de repas ?, me demande Chantal toute étonnée. Si tu n’es pas une femme parcimonieuse, avec le peu que nous gagnons tu ne t’en sortiras jamais. Moi, je prépare de sorte que les enfants mangent une fois pour toute à 17 heures ». D’autres privilégient le travail et arguent qu’ils n’ont pas le temps de manger à des horaires fixes. Médecin à l’hôpital général de référence de Seke-Banza, Dr Dédé Kinkela met en garde contre une telle « négligence ». Ceux qui mangent à des heures irrégulières sont exposés à « la gastrite, ulcère gastroduodénal, amaigrissement, hypertension artérielle, glycémie… ». Ignorants ou démunis, après avoir passé la journée à jeun les habitants se gavent souvent la nuit pour compenser selon eux, les repas perdus. « Cela peut conduire à l’obésité à cause des lipides et des glucides. Car, après vous dormez sans faire des exercices physiques, rappelle Anne Kisintoro, nutritionniste au Programme national de nutrition du Bas-Congo. « Il faut respecter les heures de repas, bien manger le matin, à midi et manger léger le soir », conseille Dr Dédé. Encore faut-il le pouvoir…

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.