Pont Maréchal à Matadi : Trente ans après, le gouvernement ne fait rien pour sa maintenance’’

Pont Maréchal à Matadi : Trente ans après, le gouvernement ne fait rien pour sa maintenance’’

Pont maréchal mobutu/Infobascongo

Les 30 ans du pont Maréchal Mobutu viennent d’être fêtés avec faste au mémorial de cet ouvrage à Matadi. Les discours qui ont émaillé la cérémonie ont fait allusion à un maintien parfait de ce pont. Véritable discours politique voire diplomatique. En réalité, le pont est en danger car, il est attaqué par la corrosion.

‘’Pont Maréchal Mobutu : 30 ans d’âge, 30 ans de maturité, 30 ans de maintenance et 30 ans de coopération avec le Japon ‘’. Ce message flotte aux entrées de cet ouvrage de 722 m depuis hier à Matadi. C’est aussi dans ce sens que les discours fusent ce matin. ‘’ L’OEBK a fait montre d’une compétence remarquable pour maintenir cet ouvrage. La Rd Congo ne peut que compter sur vous’’’, encourage Jean-Pierre Lamba, secrétaire général aux transports et voies de communication (OEBK:Organisation pour l’équipement de Banana-Kinshasa). Ce propos est relayé par les Japonais. ‘’ Nous voyons ce pont aujourd’hui, c’est comme lors de son inauguration. C’est grâce aux travailleurs et à la coopération japonaise qu’il continue à être maintenu’’’, se réjouit l’ambassadeur du Japon. ‘’ Après l’interruption de la coopération entre la Rd Congo et le Japon en raison de la situation sociale du pays, malgré cela et sans soutien des japonais, le personnel congolais de l’OEBK a assuré la maintenance du pont d’une manière appropriée’’’, conclut Miura, directeur de l’agence internationale de la coopération japonaise (JICA). Mais de manière diplomatique, il lâche : ‘’toutefois, lors de l’étude de diagnostic, l’apparition de la rouille dans les câbles principaux a été constatée. Pour pouvoir continuer à utiliser ce pont, il est nécessaire de freiner l’avancement de la rouille et pour ce faire, le système d’injection d’air sec devra être appliqué. Le gouvernement du Japon examine actuellement l’octroi d’une coopération financière non remboursable pour l’introduction de ce système’’’.

Pas de part du gouvernement

Ancien directeur de l’OEBK, Muller Luthelo ne comprend pas que ce soit toujours le Japon qui vienne à la rescousse du pont Maréchal. ‘’ Les recettes du péage sont toujours convoitées. Si on continue à laisser le Japon financer la maintenance du pont, ce n’est pas bon. Chaque fois que l’on inscrit la maintenance dans le budget d’investissement, rien n’est fait. Trente ans après, le gouvernement ne fait rien pour sa maintenance’’’, dénonce-t-il. Selon une source, le péage génère entre 200 millions (près de 215 000$ et 300 millions de Fc (près de 322 000$) mensuellement. Nouveau directeur général de l’OEBK, Modero Nsimba souligne qu’il tient à la bonne maintenance de cet ouvrage.


Rosianne Nduili,stagiaire.

Encadré

Trente ans du Pont Maréchal Mobutu : L’histoire oubliée

Au cours du lancement des activités festives du pont Maréchal, des discours fusent de partout. Deux noms sont revenus à plusieurs reprises : Joseph Kabila, le chef de l’Etat pour son crédo : la révolution de la modernité mais aussi Augustin Matata, Premier ministre. Mais, le nom de Joseph Mobutu n’est revenu qu’une seule fois. Il a été cité par Modero Nsimba, directeur général de l’Organisation pour l’équipement de Banana-Kinshasa(OEBK). Pourtant, c’est grâce à sa volonté que ce pont a été jeté sur le fleuve Congo à Matadi. Et, c’est au mémorial de ce pont que la cérémonie d’ouverture des festivités a été lancée. On peut lire une épitaphe avec un message fort de feu le Maréchal Mobutu.

Cet effacement de l’histoire a indigné Nzau Vola, député national.

Alphonse Nekwa

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.