Nzanza:sensibilisés, les habitants ne se font plus justice

Nzanza:sensibilisés, les habitants ne se font plus justice

 

Dynamique communautaire à Nzanza/Infobascongo

Dynamique communautaire à Nzanza/Infobascongo

Conscients que se faire justice est une entorse à la loi, les habitants de Nzanza, la commune chaude de Matadi changent de comportement. Ils acheminent les malfrats à la police à qui elle fait désormais confiance. C’est la résultante du travail du Réseau pour la reforme du secteur de sécurité de la justice (RRSSJ) qui les sensibilise.

 Ce matin de mai, 6 heures ! L’avenue Kitomesa à Nzanza est envahie par une foule. Un présumé voleur est tombé dans le filet des jeunes de ce quartier. C’est un monsieur, la trentaine révolue, libéré, il y a deux semaines à peine de la prison centrale du Camp Molayi à Matadi, pour ‘’vol qualifié’’. Des jeunes bien que visiblement mécontents l’acheminent au commissariat. Ils veillent cependant pour qu’il ne se fasse pas lyncher. ‘’Ne le tapez pas, laissez-le tranquille’’, plaidait Alain Tsasa, un  des jeunes commis à l’escorte.

Un tel comportement n’aurait pas été possible si depuis, il y a quatre mois les habitants de Nzanza, commune pilote de la reforme de la police n’ont pas été sensibilisé par le RRSSJ sur le rapprochement police-population. ‘’Cela nous a permis de comprendre que tuer, tabasser les gens accusés de vol, de sorcier…est une infraction. Nous ne le faisons plus’’, affirme haut un jeune. Commissaire principal, Masanga Phola signale que ’’c’est le 15ème  voleur qui est acheminé au commissariat de Nzanza sans être frappé par la population en deux mois’’.

Et quand, je demande à ce jeune, le nom du présumé voleur : il esquisse un sourire est lance : ‘’nous avons été conscientisés à ne jamais livrer le nom des présumés voleurs surtout à la presse tant que le dossier n’a pas encore été instruit et si l’infraction n’est pas encore établie par le magistrat du parquet’’.

 Les bienfaits de la sensibilisation

Hier appelé ‘’ Nzanza Molakisi’’ à cause du mauvais comportement des habitants, cette commune fait désormais parler d’elle en bien. ‘’Je suis content de voir ces habitants assimiler et mettre en pratique les  leçons apprises. Cela change beaucoup de choses’’, déclare Angelo Mayambula, coordonnateur du RRSSJ.

Mais les efforts de sensibilisation ont voulu être annihilés à cause de la relaxation des présumés voleurs par le parquet. ’’ S’il n’y a pas des preuves et qu’il dit autre chose que ce qui se trouve dans le procès-verbal, son dossier est vide. Il doit être libéré’’, explique Mim Musoka, magistrat au parquet de grande instance de Matadi. ‘’En droit, l’arrestation est une exception et la liberté, c’est la règle, renchérit Pascal Munkonkole, procureur général. Il vaut mieux laisser un hors- la- loi libre que d’arrêter un innocent. ‘’ Une réalité que la population de Nzanza commence à comprendre.

Loin d’être un pari gagné, la sensibilisation doit continuer à se faire. C’est ce à quoi s’emploie le RRSSJ appuyé par la composante Rédevabilité externe du Programme redevabilité du secteur de sécurité et réforme de la police(SSAPR). Il bénéficie du financement de la coopération britannique.

 

                                                     

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.