Matadi : ‘’…Ce sont des enseignants aussi dangereux que ceux qui violent les élèves’’

Matadi : ‘’…Ce sont des enseignants aussi dangereux que ceux qui violent les élèves’’
Partagez

A l’Ecole primaire Ghonda à Wunze, un quartier pauvre de Matadi, des enseignants corrigent les écoliers à l’aide d’un fouet en fil de fer. L’un d’eux(élèves) vient de se blesser tout près de l’œil gauche. Les activistes des droits de l’homme s’insurgent contre cette pratique.

Des élèves alignés/infobascongo

Des élèves alignés/infobascongo

Ce matin d’octobre, Chrisler Masanga est assis sur un rocher à Wunze. Gobelet en mains, il prend des médicaments que lui donne sa grand-mère Masanga Tutula. Juste sous son œil gauche, un pansement. Elève en 5ème année à l’Ecole primaire Ghonda, il a été fouetté  par son enseignant. ’’Je regardais ailleurs quand soudain, il m’a fouetté sur le dos, puis sur le visage’’, reconnaît triste Chrisler. ‘’Le premier jour, il larmoyait sans cesse. Maintenant qu’Il prend des médicaments, ça va’’, se contente de dire sa grand-mère.

 Acte répréhensible

Selon Muela, l’infirmier titulaire qui lui a administré les premiers soins’’c’est monnaie courante que des enfants fouettés par les enseignants de cette école soient acheminés dans son centre’’. A en croire une source, c’est à l’aide d’une verge en fil de fer que les enseignants battent les enfants. ‘’C’est très grave. C’est une forme de torture et d’ailleurs, c’est l’infraction de coups et blessures. Ce sont des enseignants aussi dangereux que ceux qui violent les élèves’’, s’insurgent Me Mombo, avocat et activiste des droits de l’homme. ‘’Ce qu’il vient de faire est interdit, il doit être sanctionné’’, lance Matondo Nsunda, directrice de l’école.

Dans les écoles de Matadi,c’est monnaie courante que les enseigants battent les enfants. Chef de division urbaine de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel, Wivine Mudekoko reconnaît que ‘’flageller les enfants est interdit’’ .Elle ajoute :’’ Il y a plusieurs façons de corriger un enfant’’. Cependant, elle s’interroge :’’ à voir comment les enfants sont devenus têtus, on se demande s’il ne faut pas user de la chicotte ?’’.

Pour Me Mombo’’des parents responsables doivent porter plainte, on doit arrêter cet enseignant ’’. Mais, la grand-mère joue à l’apaisement :’’je suis chrétienne, je ne veux pas de poursuite, j’abandonne tout à Dieu’’.

Par Wivine Mungazi

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.