Bas-Congo :des déclarants en douane plus fréquentables

Les déclarants en douane de Matadi (chef-lieu de la province du Bas-Congo) tiennent à redorer l’image de leur corporation ternie par des allégations de fraude et des sous-évaluations des valeurs réelles des marchandises durant les transactions.

Pour insuffler un nouvel esprit, l’assemblée générale a révisé fin 2011 les textes créant l’Union des déclarants en douane (UDEDO) en renforçant son régime disciplinaire. Créée vers les années 90, l’UDEDO fonctionnait sans respect de normes. Ce que veut corriger le nouveau comité. Vice-président provincial de l’union, Maurice Biluka affirme que « les membres effectifs que nous encadrons s’abstiennent de faire de fausses déclarations des valeurs pour ne se conformer qu’aux dispositifs de l’ordonnance-loi portant code des douanes. L’union encourage ses membres à ne plus tremper dans la magouille et s’éviter ainsi les contentieux douaniers ».

Invoquant l’article 20 des statuts de l’association, il affirme que « toute faute lourde entraîne l’exclusion du membre fautif après avis du comité directeur ». Le respect des taxes légales fait rentrer de l’argent dans la caisse de l’Etat, car il y a moins de sous-évaluations par les déclarants en douane et leurs complices. Ce bon comportement a fait d’eux « des partenaires non négligeables de l’Etat congolais », rappelle le vice-président.

Les commissionnaires en douane de la province du Bas-Congo avaient demandé et obtenu  la dérogation provisoire d’importation des marchandises de seconde main, notamment le décret du Premier ministre portant interdiction d’importation des vieux véhicules. Organisés, les déclarants sont devenus fréquentables par les autorités de la province qui les ont adoptés et les associent à toutes les réunions liées à la sécurisation, à la bonne marche du circuit de douane, surtout dans le cadre de l’amélioration du climat des affaires en province.

   Emmanuel Lukeba

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.