Amnistie en Rd Congo : le journaliste Patrick Palata recouvre la liberté

Amnistie en Rd Congo : le journaliste Patrick Palata recouvre la liberté

Cinquante prisonniers en Rd Congo viennent de recouvrer la liberté. Ils sont bénéficiaires de l’amnistie. Parmi eux,Patrick Palata,ancien directeur provincial de Canal Congo Télévision(CCTV) Bas-Congo. Les journalistes sont très contents.

Patrick Palata, Directeur de CCTV Matadi/Infobascongo

Patrick Palata, Directeur de CCTV Matadi/Infobascongo

Au cours du point de presse que vient de tenir la ministre de la Justice et le ministre de la Communication à Kinshasa,le nom de Patrick Palata est cité. Il fait partie de la première vague de prisonniers à bénéficier de l’amnistie. Avec lui, d’anciens rebelles du M23,les assaillants condamnés pour avoir attaqué la résidence de Joseph Kabila,le chef de l’Etat ,les Enyelé et les éléments de l’Armée de résistance populaire du Général Faustin Munene. C’est parmi ce dernier que l’on classe Palata. Cette amnistie couvre qui couvre les faits insurrectionnels, les faits de guerre et infractions politiques commis entre le 1er janvier 2006 et le 20 décembre 2013.

 C’est dans le cadre de la récherche de la cohésion nationale que cette décision a été prise. Elle fait partie des propositions des concertations nationales tenues en septembre 2013 à Kinshasa.

 La presse est heureuse

En plein point de presse,un journaliste termine sa question en disant :’‘C’est avec joie que je viens d’apprendre que mon confrère Patrick Palata est libre ». Au Bas-Congo ses confrères sont aussi contents. ‘‘Quand je l’ai appris,j’ai sursautée de joie.Je me disais : qu’il purge 20 ans de peine,c’est trop. Je suis très contente »,lance Espérance Kikala,journaliste à CCTV.  »C’est un réel plaisir pour toute la presse du Bas-Congo. Tout le monde est content de cette nouvelle. Nous pensons que les autorités de CCTV auront l’amabilité de nous le renvoyer à Matadi pour qu’il dirige ce média »,plaide Dieudonné Muaka,président de l’Union nationale de la presse du Congo(UNPC),section du Bas-Congo.

 Cet ancien directeur de CCTV a été arrêté le 10 janvier 2010, quatre jours après son mariage, laissant une femme grosse.

Mise en garde

Cependant,la ministre de la Justice est formel: »Si votre collègue retombe sur les faits qui lui ont été reprochés,il lui sera retiré l’amnistie. Et plus tard,il ne pourra plus bénéficier d’une autre amnistie ». Pour elle,’‘c’est le message en général que le législateur a voulu faire passer à tout le monde dans cette loi. »

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.