Matadi : suspension de la grève des camionneurs : 21 jours pour se retrouver

Matadi : suspension de la grève des camionneurs : 21 jours pour se retrouver
Partagez
vehicules poid lourd sur la nationale 1

vehicules poid lourd sur la nationale 1

Les véhicules poids lourds réapparaissent à Matadi, chef-lieu du Bas-Congo. Les chauffeurs suspendent leur grève. Ils accordent un moratoire de 21 jours. C’est ce qui a été obtenu de la rencontre de la paillote à Matadi.
‘’Devant le Maire de Matadi et les membres  de la délégation gouvernementale, j’annonce la suspension de la grève et non la levée. Je dis bien la suspension. Les patrons doivent respecter leurs paroles. Nous prenons acte des revendications de la base. Je crois que le gouvernement va nous accompagner’’. Ce propos d’André Tshikoji met fin aux deux jours d’âpres discussions avec les camionneurs. Le président de Force routière du Congo(Forc) syndicat à la base de la grève, explique, » vouloir donner la chance aux négociations en cours à Kinshasa ». Le banc patronal, les syndicats et le gouvernement tablent sur le barème salarial de ces chauffeurs. Les résultats de cette rencontre seront évalués dans 21 jours. Les grévistes veulent tourner définitivement la page de grèves à répétition. ’’Tout ce que nous voulons,c’est la solution définitive à ce problème qui n’a que trop durer. Pour la prochaine fois, on ne cédera pas. Que les autorités du pays comprennent nos souffrances’’, prévient l’un d’eux.
Dès l’annonce de la nouvelle, les vrombissements des moteurs de véhicules poids lourds raisonnent sur la route nationale numéro 1. Les habitants manifestent un soulagement. A Matadi, le port constitue un poumon économique incontournable. Chaque semaine, des milliers de camions y entrent pour transporter les marchandises. ’’C’est une bonne chose qu’ils reprennent le service. La vie devenait de plus en plus difficile’’, se réjouit Joseph,un habitant. ’’La situation au port était insupportable. Il n’y avait plus du travail. Un manque à gagner pour nous’’,ajoute Gaston Lutonadio semainier de la Sctp (ex-onatra) . Le trésor public a connu un manque à gagner.
Fin septembre, les conducteurs déclenchent la grève. Ils protestent contre la non application du protocole d’accord du 19 janvier 2013, fixant à 300.000fc(330$), le salaire du chauffeur et à 150.000fc(165$) celui du convoyeur. A cela s’ajoute les primes de voyage. A ce jour, peu d’entreprises de transport seulement respecte les termes du protocole. ‘’Le gouvernement a décidé l’impression des vignettes spéciales. Elles ne seront distribuées qu’aux sociétés qualifiées de bons élèves .Celles qui vont en manquer écoperont des sanctions’’, prévient Tshikoji.
Par Robert Kayama

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.