Ne Muanda Nsemi:”je dois prendre la terre laissée par nos ancêtres pour former notre propre gouvernement, car mon peuple est marginalisé’’

Ne Muanda Nsemi:”je dois prendre la terre laissée par nos ancêtres pour former notre propre gouvernement, car mon peuple est marginalisé’’
Partagez

Député national et président du parti Bundu dia Mayala, Né Muanda Nsemi vient de tenir un meeting de moins d”une heure devant la maison communale de Mvuzi, à Matadi. Il tient notamment à l’indépendance du Kongo Central.

Les adeptes de Bundu dia Mayala et la population au meeting de Né Muanda Nsemi

Les adeptes de Bundu dia Mayala et la population au meeting de Né Muanda Nsemi

Habillés en robe jaune avec un bandana rouge, Ne Muanda Nsemi est en face d’une foule immense. Ses adeptes eux, portent des chemises bleues et bérets rouges. Ils arborent l’effigie de leur leader ainsi que les drapeaux de leur parti politique. Dans son discours, Né Muanda Nsemi met l’accent sur sa rencontre avec le président Joseph Kabila. ‘’Je n’ai pas reçu l’argent du président Kabila. Pendant notre rencontre où il y avait certains membres de l’opposition, il m’a fait savoir que les gens lui aurait dit que j’ai envoyé une lettre à l’ONU demandant l’indépendance du Kongo Central. Je lui ai répondu que je tiens à cette indépendance puisqu’il a nommé 48 ministres et  il n’y a presque pas les Ba-Kongo (les originaires du Kongo Central, ndlr). Je dois prendre la terre laissée par nos ancêtres pour former notre propre gouvernement, car mon peuple est marginalisé’’, déclare-t-il. Du coup,un tonnere d’applaudissements se fait entendre.

’Je suis un archange, un ancêtre vivant. Un dictateur divin « Nema Mvuemba Nkosi », celui qui matte le lion, l’homme de la situation difficile. Je ne suis pas venu discutailler avec les pseudo-politiciens mais pour leur imposer ma volonté. Je suis le guide éclairé. Il faut bénir la race noire pour qu’elle devienne une grande puissance. Chaque communauté du pays doit avoir son président. Tous ces présidents vont former un présidium de l’union de Ntimansi. Ainsi les problèmes de l’Afrique Centrale vont être résolus par ce présidium’’, poursuit-il.

Transition de trois ans

Député de l’opposition, Né Muanda Nsemi a été jugé traitre par une frange d’opposants pour avoir tenu un discours sur la transition avant les élections lors des concertations nationales, à Kinshasa. Cependant, il précise : ‘’J’ai dit à Kabila, si vous voulez organiser des élections crédibles, il faut faire comme dans tous les pays qui se respectent. Il faut d’abord l’identification de la population. Car seuls les nationaux ont droit au vote. Alors qu’en RDC, nous avons beaucoup d’étrangers à l’exemple de Raus Chalwe, un zambien. Il a tué mes frères de Bundu dia Kongo. S’il demande pardon et paie les intérêts, je veux le pardonner. Au cas contraire, je vais saisir la Cour pénale internationale si l’Etat congolais ne fait rien. Deuxièmement, il faut passer au recensement de la population. Enfin établir le fichier électoral. Le pays est trop grand, en un an, il est impossible d’organiser toutes ces opérations. J’ai demandé une petite période de trois ans de transition. Malheur à ceux qui comprennent en retard. J’ai été injurié mais voilà qu’Etienne Tshisekedi parle aujourd’hui de cinq ans dans sa conférence tenue la semaine passée en Belgique.’’ Ces propos qui ont rendu la foule silencieuse et perplexe.

Il conclut son harangue en s’adressant aux non originaires qui habitent le Kongo Central. ‘’Si vous arrivez en Allemagne, vous devrez apprendre l’allemand sinon vous serez chassés. Vous êtes en France, sans aimer et apprendre le français vous serez chassés. Quand moi j’arrive à Kisangani, je parle swahili. Et vous, vous voulez vivre chez nous tout en étant contre nous. Quand l’indépendance du Kongo Central sera là, je veux vous chasser. Vous êtes noirs comme moi vous êtes mes frères. Apprenez le kikongo, vous vivrez comme les poissons dans l’eau. Les sociétés basées ici doivent procurer du travail aux autochtones sinon je veux les chasser.’’

Avis partagé

Ce discours a départagé la foule. ‘’Nous sommes marginalisés. Aujourd’hui, l’argent du péage sur la nationale numéro 1, les recettes des entreprises pétrolières, celles du pont maréchal sont gérées par le gouvernement central. Les 40% ne sont pas rétrocédés. Il faut cette indépendance du Kongo Central pour voir les choses changer. Du moins il est réaliste pour cette transition. Après cette période, chaque peuple aura son président. Nous devons le soutenir’’, exhorte un jeune. ‘’N’importe quoi. Au moment où le monde est devenu un village planétaire vous mettez l’accent sur les originaires et les non originaires. Je ne me souviens d’aucune de ces réalisations dans la province depuis qu’il est élu député, retorque un autre jeune. A l’allure où vont les choses, la tenue des élections est hypothétique. Ils sont tous corrompus. Que Dieu nous vienne en aide.’’

 

9 Responses to "Ne Muanda Nsemi:”je dois prendre la terre laissée par nos ancêtres pour former notre propre gouvernement, car mon peuple est marginalisé’’"

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.