Kongo Central : en grève, le personnel de santé veut voir leur désirata être pris en compte

Kongo Central : en grève, le personnel de santé veut voir leur désirata être pris en compte

Le personnel soignant des hôpitaux du Kongo Central vient d’emboiter le pas à leurs collègues de Kinshasa. Ils sont en grève jusqu’à ce que, disent-ils, le gouvernement prendra en compte leurs revendications.

HG de Kinkanda/Infobascongo

HG de Kinkanda/Infobascongo

A l’hôpital général de référence de Kinkanda, à Matadi, docteur Bijou Nsoki reçoit les malades à la réception. Elle élabore les fiches et envoie les patients dans les différents services suivants leurs pathologies. Pourtant,c’est elle le médecin directeur.‘’Nous avons déployé les 27 médecins et 32 médecins stagiaires de l’Université Kongo dans les différents services. Certains parmi eux forment l’équipe de garde. Jusqu’ici, nous n’avons pas enregistré des dégâts. Nous sentons tout de même un vide avec l’absence des infirmiers, laborantin, radiologue et autres personnels soignants. A l’hôpital, ils ont leur travail et nous nous avons le nôtre’’, confie-t-elle.

Révendications sociales

C’est depuis ce matin que cette grève est effective au Kongo Central. La semaine passée, ce personnel soignant regroupé dans différents syndicats ont déposé une lettre signifiant l’arrêt de travail d’une semaine aux autorités de la province. Il réclame au gouvernement central, ‘’ la paie d’ un complément au moins 250 000 Fc (277$) par personne le mois à partir d’octobre 2015 aux autres personnels de la santé jusque-là discriminés (par effet de rattrapage), la  mécanisation au moins de 15 000 ou plus de 50 000 agents de la santé admis sous statut depuis 2008 et qui attendent toujours leur prise en compte par le gouvernement en matière salariale, l’exécution du protocole d’accord signé entre les syndicats du secteur de la santé et le gouvernement le 17 mai 2013, à Fatima, le rétablissement le plus rapidement de la commission interprofessionnelle de la santé dans sa formule de départ dans son travail d’établissement des listes de paie du personnel de la santé’’

Dans cette lettre, ils comparent leur situation aux médecins. ‘’Le gouvernement a déjà mécanisé plus de 3 000 médecins alors que dans les rangs des professionnels et administratifs de la santé sur plus ou moins 50 000 aucun effort n’est fourni dans ce sens. Dans le même délai, les médecins ont connu plusieurs majorations substantielles de la prime de risque dont la dernière date de cette fin d’octobre 2015 (150 000Fc/167$)   par personne tous les grades confondus) et toujours rien pour nous.’’

Dix dollars comme prime

Ce personnel soignant projette une grève reconductible jusqu’à ce qu’ils vont obtenir gain de cause. ‘’Le gouvernement doit revoir nos salaires. Lorsqu’on a deux enfants, il faut un traitement égal. Ma prime est de 9 000 FCC(10$). C’est injuste !’’, lance C.T, une infirmière. ‘’La grève ne sera levée que si nos réclamations trouvent un écho favorable. Je sais que cet arrêt de travail peut même préjudicier les malades. Tout ce qui va leur arriver pendant cette période, c’est sur le dos du gouvernement’’, tranche Sébastien Mabola, secrétaire exécutif provincial, du Syncass.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.