Matadi : pour leur sécurité des habitants dénoncent les inciviques à la police

Matadi : pour leur sécurité des habitants dénoncent les inciviques à la police

A Matadi, chef-lieu du Kongo Central, les habitants de Kinkanda-CMDC viennent de dénoncer des inciviques à la police. Ces malfrats les ont visité cette nuit emportant leurs biens. Ils veulent les voir condamnés.

Des présumés malfrats devant le commissaire Patience Mushid/Infobascongo

Des présumés malfrats devant le commissaire Patience Mushid/Infobascongo

Au commissariat urbain de la police, 21 présumés inciviques dont une femme sont appréhendés. Parmi eux, quatre enfants du camp militaire Redjaf de Matadi. A tour de rôle des familles visitées identifient leurs bourreaux à la police. ‘’C’est lui qui m’a emporté tout mon salaire. Je dormais, soudain, j’ai entendu un grand bruit à la porte. J’ai crié puis l’un d’eux m’a dit nous sommes des Kuluna (raquetteurs opérant avec des armes blanches ndlr). Il m’a donné un coup de machette sur le dos. J’ai vite couru à travers la fenêtre, j’ai vu toute une bande’’, relate une dame . Et un monsieur d’ajouter ‘’Ils ont cassé la fenêtre pour entrer dans ma maison. Ces inciviques ont même tenté de violer mes deux filles et mon épouse’’

Dénoncer les malfrats

La nuit du 24 au 25 décembre, ces inciviques ont encerclé le quartier ville-haute, à Kinkanda-CMDC. Munis des armes blanches, ils ont opéré vers les petites heures du matin. Les habitants ont saisi la police. Du coup, certains inciviques ont pris le large à l’arrivée des éléments de la police. ‘’Je salue cette collaboration police-population. Il faut continuer davantage à dénoncer ces malfrats surtout que les numéros des trois commissariats sont publiés à la presse’’, se réjouit Jean-Marc Nzeyidio, le maire de Matadi. Cependant,ces habitants veulent que justice soit faite. ‘’Je suivrais de près ce dossier. Ils ont 48 heures pour être déférés devant les instances judiciaires. Les innocents vont être libérés. Par contre, les coupables vont être condamnés et vont purger leur peine. Si nous n’obtenons pas gain de cause avec le parquet de Matadi, nous saisirons les instances judiciaires de Kinshasa’’, rassure le commissaire divisionnaire Patience Mushid, commissaire provincial de la police nationale congolaise.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.