Kongo central : nouvelles mesures pour renforcer la sécurité

Kongo central : nouvelles mesures pour renforcer la sécurité
Partagez

Le commissariat provincial vient d’évaluer la situation sécuritaire de 2015. L’année a été caractérisée par beaucoup de défaillance. Face à la situation, la police promet de rectifier les tirs.

La parade au commissariat provincial de la police

La parade au commissariat provincial de la police

A l’enceinte du commissariat provincial de la police, en ville-haute, à Matadi, plusieurs hommes en uniforme assistent à la première parade de l’année dès 9heures. Pour 2016, des nouveaux défis sont lancés pour renforcer la sécurité en cette période des enjeux politiques. ‘’Les unités des interventions doivent être réorganisées afin de répondre au vent qui va souffler dans notre pays après le dialogue. Nous devons mettre fin à l’indiscipline des éléments de la police de circulation routière, pas de recrutement illicite. Ne faites jamais usage des armes de guerre lors de rétablissement d’ordre public. Vous êtes tenus aux droits humains. L’espace des bureaux de la police est déclaré non -fumeur. La police doit lutter contre le braquage et le viol surtout dans le Bas-Fleuve’’, ressasse le commissaire divisionnaire Philémon Mushid, commissaire provincial de la police nationale congolaise.

Tableau sombre

L’année passée, la criminalité et les accidents de circulation ont coûté cher à la population du Kongo Central. ‘’Nous avons enregistré 4.870 cas de criminalité dont 892 vol qualifié, 386 viols et le Bas-fleuve bat le record ainsi que 1048 accidents de circulation. Dans ceux-ci, nous avons enregistré 289 morts, 2010 blessés et 905 blessés graves’’, confie le commissaire divisionnaire Philémon Mushid.

A cette parade, les commandants des grandes unités de la police des territoires et des deux villes ont aussi pris part.

’Nous allons répercuter à nos éléments pour que ces instructions ne souffrent d’aucune faille. Le policier qui ne va respecter les consignes sera sévèrement sanctionné’’, rassure le commissaire Jhonny Kamanga, commandant bataillon police de la circulation routière.

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.