Insolvable,le CSAC Kongo central à deux doigts de la rue

Insolvable,le CSAC Kongo central à deux doigts de la rue

A Matadi,le ras-le-bol du bailleur du Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication(CSAC) Kongo central:déguerpissement coûte que coûte en mars. Cette institution d’appui à la démocratie est incapable depuis plusieurs années de payer son loyer.


Indésirable CSAC dans l’immeuble Kombo en ville basse à Matadi derrière Dragage,le bâtiment des fonctionnaires de l’Etat. A quelques jours de mars,il sera déguerpi. Depuis plus de deux ans,le CSAC ne sait pas payer les 200$ mensuel du loyer. Selon une source digne de foi,il peine à fonctionner parce que l’État congolais ne lui donne pas de moyens. Même le salaire modique du personnel arrive au compte-gouttes. Pourtant,le CSAC fait partie des cinq institutions d’appui à la démocratie comme la CENI.

La peur au ventre

Au Kongo central où la plupart de médias sont l’oeuvre des politiques,les journalistes formés sur le tas,cette structure joue un grand rôle dans l’encadrement des professionnels des médias. Dirigé par Celestin Bibimbu,un ancien journaliste de renom de la Radio télévision nationale congolaise,chaine provinciale et ancien haut cadre de l’Unicef RDC,il organise par moments des formations de remise à niveau et n’hésite pas à interpeller ceux qui s’écartent de l’éthique et de la déontologie. Si pendant le règne du gouverneur Simon Mbatshi,la province est venue à la rescousse du CSAC,il n’en est plus le cas.
Selon une autre source,la peur gagne du terrain. Déjà défavorisée par le sort,cette structure risque de boire le calice jusqu’à la lie et le travail des professionnels des médias va s’en trouver mal.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.