Coronavirus :’’ trop de pays vont dans la mauvaise direction’’ : Dr. Tedros Adhanom, directeur général de l’OMS

Coronavirus :’’ trop de pays vont dans la mauvaise direction’’ : Dr. Tedros Adhanom, directeur général de l’OMS
Partagez

Dans le monde, 230 000 cas de COVID-19 ont été notifiés à l’OMS, dont près de 80 % dans à peine 10 pays et 50 % dans deux pays seulement le 12 juillet dernier. Des inquiétudes relevées par Dr. Tedros Adhanom, directeur général de l’OMS au cours d’un point de presse virtuel du 13 juillet.

‘’Le virus reste l’ennemi public numéro un, mais cela ne se voit pas dans les actions de nombreux gouvernements et de nombreuses personnes’ ’, se plaint le directeur général de l’OMS. Il évoque des messages contradictoires des dirigeants qui ‘’sapent l’ingrédient le plus essentiel de toute riposte : la confiance’’.  Il prévient que la maladie va s’aggraver ‘’Si les pouvoirs publics ne communiquent pas clairement avec les citoyens et ne mettent pas en place une stratégie globale visant à enrayer la transmission et à sauver des vies ; si les populations ne respectent pas les principes de santé publique de base que sont la distanciation physique, le lavage des mains, le port du masque, les consignes à suivre quand on tousse et l’isolement à domicile quand on est malade’’.


Dans le monde,il y a 13 287 651 malades du Coronavirus. La RDC elle, compte au 14 juillet 8 162 cas dont 192 décès.

‘’On peut y arriver. On doit y arriver…’’

Plusieurs pays reconfinent leurs territoires après avoir tenté de reprendre la vie normale à cause de la hausse de la maladie. ‘’Il n’y aura pas de retour à l’« ancienne normalité » dans un avenir prévisible’’, fait savoir Dr. Tedros qui espère qu’il y aura un vaccin efficace.

Dans l’entretemps, le numéro 1 de l’OMS propose de ‘’s’attacher tout particulièrement à réduire la mortalité et à enrayer la transmission, veiller à ce que la population soit responsabilisée et participe à la riposte de sorte que chacun adopte un comportement qui aille dans l’intérêt d’autrui et aux pouvoirs publics d’avoir un leadership fort, qui passe par la coordination de stratégies globales, communiquées clairement et de façon cohérente’’. Il conclut : ‘’On peut y arriver. On doit y arriver. Je l’ai déjà dit et je vais continuer de me répéter.’’

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.