Afrique du Sud : le calvaire de Dorcas Makaya, la fille atteinte d’une balle perdue lors de la marche des catholiques du 31 décembre 2017

Afrique du Sud : le calvaire de Dorcas Makaya, la fille atteinte d’une balle perdue lors de la marche des catholiques du 31 décembre 2017
Partagez

La miraculeuse Dorcas Makaya poursuit des soins en Afrique du Sud. Elle avait été sévèrement défigurée par une balle perdue le 31 décembre 2017, victime collatérale d’une marche des fidèles catholiques. C’est son père qui se décarcasse pour sauver sa fille face à l’abandon du gouvernement. Mais à quel prix ?

Makaya, le père de Dorcas Makaya se bat comme un diable dans un bénitier. ‘’Je dois trouver de l’argent car, hier Dorcas et sa mère m’ont appelé parce qu’elles n’ont plus rien pour leur survie’’, dit-il pensif. C’est depuis septembre 2019 qu’il lutte seul pour sa fille contrainte à quitter l’hôpital.

Il raconte : ‘’Notre quatrième enfant, âgée juste de 18 ans, régulièrement inscrite en 6ème littéraire au complexe scolaire Sainte Famille à Lemba-Righini a été malheureusement surprise le 31 décembre 2017 au coin de notre avenue achetant du pain pour la famille, par les émeutes qui ont été observées dans la ville de Kinshasa. Dans le feu de l’action, elle a reçu une balle à l’arrière de l’oreille gauche. Dans sa course destructrice la balle est ressortie par la bouche de la victime « en occasionnant de sérieux dommages à sa langue et à ses  mâchoires.’

La jeune fille avait été évacuée en Afrique du Sud, le 12 janvier grâce à l’implication de Marie-Ange Mushobekwa alors ministre des Droits humains. Elle s’y était engagée après lui avoir rendu visite aux cliniques universitaires de Kinshasa cinq jours auparavant. Mais la prise en charge du gouvernement s’est arrêtée. ‘’Nous avons reçu un message comme quoi, ce que le gouvernement a fait est suffisant’ ’, explique-t-il. Pourtant, sa fille boit le calice jusqu’à la lie aujourd’hui à cause d’une blessure au visage par une balle perdue reçue d’un agent de l’ordre. Après six opérations délicates, il en faut une septième : une opération esthétique. Son père sort sa photo actuelle et lance : ‘’ C’était une jolie fille’’. Du coup, sa sœur éclate en sanglots : ‘’Elle se sent abandonnée, négligée.’’

‘’Elles vivent dans de très mauvaises conditions …’’

Dorcas Makaya a la chance d’être encore en vie. Elle ne parle plus comme auparavant mais arrive à manger. ‘’Dieu m’a fait grâce’’, remercie son père, un missionnaire du ministère du combat spirituel (CFMCI).

Le désir de Dorcas Makaya, 20 ans, est de reprendre les études. Elle était en 6ème littéraire quand ce malheur lui est arrivé. Chaque fois qu’elle apprend que des élèves passent l’Examen d’Etat (baccalauréat), elle se trouve mal. ‘’Que les soins se terminent pour qu’elle reprenne’’, prie son père. Mais cela passe par des moyens conséquents. Son père a écrit au président de la République, à la première dame, au Premier ministre, à la présidente de l’Assemblée nationale, au président du sénat, aux députés nationaux du Kongo central sans succès. Pour l’instant, il fait ce qu’il peut avec les moyens du bord. ‘’Elles vivent dans de très mauvaises conditions et cela fait la peine d’entendre qu’ils souffrent, regrette ce père stoïque qui contient sa douleur. Voyez dans quel état de stress je me trouve pour assurer leur survie ? N’eut-été Dieu !’’

2 Responses to "Afrique du Sud : le calvaire de Dorcas Makaya, la fille atteinte d’une balle perdue lors de la marche des catholiques du 31 décembre 2017"

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.