» »On ne comprend pas pourquoi l’état de droit ne fonctionne pas au Kongo central »: En Afrique du Sud,l’étonnement de Charlie Jephté Mingiedi

 » »On ne comprend pas pourquoi l’état de droit ne fonctionne pas au Kongo central »: En Afrique du Sud,l’étonnement de Charlie Jephté Mingiedi
Partagez

Charlie Jephté Mingiedi est un activiste et libre penseur originaire du Kongo central qui vit en Afrique du Sud. Il suit de près la crise qui sévit dans sa province. Il ne comprend pas que l’état de droit ne s’applique pas dans la terre de ses ancêtres.

Quand ce fils du territoire de Madimba au Kongo central parle de la situation qui prévaut dans sa province, il fait transparaître la déception qui l’envahie.  »La position du chef de l’État déçoit plus d’un Ne Kongo car on ne comprend pas pourquoi l’état de droit ne s’applique pas au Kongo central », s’interroge-t-il.
L’application de l’état de droit pour lui,c’est la prise en compte de la lettre du procureur général près la Cour constitutionnelle du 13 juillet dernier qui demandait au gouverneur Atou Matubuana  »de deposer sa démission au président de la République et de cesser d’exercer les fonctions de gouverneur du Kongo central ».

L’UDPS sur le banc des accusés

La lettre demandait aussi au vice-Premier ministre de l’intérieur d’organiser l’intérim du gouverneur. Rien n’y est fait. Le gouverneur a rétorqué que le procureur avait été induit en erreur. Ce jeu de ping -pong pousse Mingiedi,ancien président de la communauté congolaise de l’Afrique du Sud à émettre de suspicion.  »C’est l’UDPS qui serait derrière ce chaos », désigne-t-il sans ambages.  »Je répète bien,c’est le parti du chef de l’Etat ».
Pour lui,cette crise qui a commencé le 25 août 2019 avec le scandale sexuel entre le vice-gouverneur et l’assistante du gouverneur persiste parce que Atou Matubuana refuse de démissionner.  »La solution,c’est sa démission », soutient ce notable de Madimba Charlie Jephté.passant outre l’idée du dialogue pour lequel des chefs coutumiers s’apaisantissent.  »La Constitution ne doit pas partir en fumée à cause de certains appétits politiques des quelques individus. Cette crise est d’abord judiciaire puis politique. Elle n’est pas coutumière », souligne Mingiedi qui trouve anormal que des chefs coutumiers aillent  »pleurnicher », dit-il dans le bureau du SG de l’UDPS pour une solution à la crise qui sévit au Kongo central.  »Quelle honte pour le peuple mukongo », s’exclame-t-il,

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.