Bagarre de gangs à Matadi: la famille d’une victime collatérale recherche des moyens pour inhumer son père

Bagarre de gangs à Matadi: la famille d’une victime collatérale recherche des moyens pour inhumer son père

Parmi les victimes des dégâts collatéraux de la bagarre entre la bande Nsangu et du Nord le jeudi dernier à Belvédère dans la commune de Nzanza, à Matadi : Kayama Mata. Sa famille désire l’inhumer mais manque des moyens.

Mbaya est neveu de feu Kaya Mata, 56 ans. Lui et les enfants de l’infortuné sont au gouvernorat du Kongo central. Ils désirent rencontrer le gouverneur. ‘’Notre père était chez lui. Il ne pouvait s’imaginer qu’il vivait les derniers instants de sa vie. La famille ne s’était pas préparée à un tel drame. Comment s’y prendre ? Que le gouverneur s’implique et que les policiers qui l’ont tué répondent de leurs actes’ ’, exigent-il.

La police accusée

Mbaya raconte. ‘’Deux gangs de jeunes, l’un constitué des racketteurs de N’sele qui opère à Belvédère et l’autre du quartier Nord se battaient. Comme pendant ces genres des rixes s’accompagnent des vols, notre père protégeait l’étal de sa femme vers la salle du royaume des témoins de Jéhovah. Curieusement, il voit des policiers qui s’accompagnaient d’autres racketteurs. Lorsqu’il a interpellé le commandant Poupa, ils s’en sont pris à lui en lui donnant des coups des crosses qui l’ont blessé. Ils lui ont sommé de les suivre. Du coup, on lui a tiré dessus, il en est mort’ ’, raconte-t-il. ‘’ Nous l’avons retrouvé difficilement à la morgue sans lui procurer des soins, ses intestins dehors’’, dénonce Mbaya qui signale que cette rixe a fait trois morts. Il se promène avec la photo de son oncle décédé, les intestins visibles.

Délinquants non maîtrisables

Parmi les morts Robot Metal, le roi de la bande Al-Qaïda du Nord. Emprisonné au Camp Molayi, à matadi, il a bénéficié, il y a trois semaines de la grâce présidentielle ”Il avait extorqué une prostituée de N’sele. Et quand un autre jeune de N’sele lui a prodigué des conseils, il a promis de s’en prendre à lui. Ce dernier à même informé le commandant de la police Poupa qu’il avait reçu une lettre de menace de Robot Métal. Tôt le matin, les deux groupes se sont battus avec des machettes. Robot en est mort”, explique un jeune. La police a fait usage d’armes pour disperser les gangs. Outre les morts, des blessés et des vols sont enrégistrés. Les racketteurs ont même dévalisé des patients et garde-malades dans un centre de santé.

”L’insécurité est grandissante au Kongo central. Que fait le ministre provincial de l’Intérieur?”, interroge Mbaya.

One Response to "Bagarre de gangs à Matadi: la famille d’une victime collatérale recherche des moyens pour inhumer son père"

Leave a Reply

Your email address will not be published.