Boma: des outils moins chers mais importants pour l’apprentissage des personnes non et mal voyantes

Boma: des outils moins chers mais importants pour l’apprentissage des personnes non et mal voyantes
Partagez

Des rames et des papiers bristols ! Des outils moins chers mais indispensables à la formation des personnes non et mal voyantes sur l’écriture braille.  L’Institut pour aveugles de Boma(IAB) en manque cruellement. L’Union nationale des aveugles du Congo, coordination provinciale Kongo central(UNAC) vient de penser à lui. C’est une satisfaction.

Dix rames et plusieurs papiers bristols trônent sur une des tables de l’IAB. ’’ Un geste simple mais très bénéfique pour notre école mais surtout pour les enfants que nous encadrons  ‘’, remercie Célestine Lumba, directrice de cet institut. ‘’ Ce dont vient à point nommé. Les papiers bristols et les rames que vous voyez vont nous aider avec le braille ‘’, renchérit Mathieu Malonda, enseignant à l’IAB. Il explique : ‘’ Tout comme les voyants qui ont développé la sténographie, les aveugles utilisent aussi une version abrégée du braille. Ceci leur permet de lire et d’écrire plus rapidement. Le braille est en effet un moyen de communication pratique pour les aveugles. Apprendre le braille c’est comme apprendre une seconde langue.  Cela demande du temps et de la patience. ’’

Recherche des partenaires

Le 15 octobre dernier, à l’occasion de la journée internationale de la canne blanche, les autorités scolaires de I’IAB avait lancé un SOS aux personnes de bonne volonté pour leur venir en aide.

‘’ L’apprentissage des enfants aveugles nécessite un appui en matériels didactiques et d’autres outils pédagogiques, voilà le sens de notre geste ’’, explique Me Patrick Amina, coordonnateur de l’UNAC Kongo Central. ‘’ Pas très couteux mais parfois l’IAB en manque pour assurer la formation de ses élèves. Les papiers bristols, 1.000 Fc (0,5$) la pièce, et une rame évaluée à  10 000 Fc(5$) cette école , la seule spécialisée au Kongo central dans l’encadrement pédagogique et scolaire des enfants aveugles  en a besoin’’,ajoute Micheline Itomo,conseillère de l’UNAC.

Célestine Lumba qui se dit satisfaite par ce dont continue de rechercher des partenaires pour soutenir l’IAB.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.