RDC: Sylvestre Ilunga rejette la procédure de sa destitution

RDC: Sylvestre Ilunga rejette la procédure de sa destitution

Malgré le refus du Premer ministre Sylvestre Ilunga de se présenter à l’Assemblée nationale pour répondre à la motion de censure contre son gouvernement accusé de bilan négatif, les députés nationaux l’ont destitué. Dans ses éléments de réponse envoyés à la chambre basse, il s’explique et met en cause les compétences du bureau d’âge à déchoir son gouvernement.

En l’absence du Premier ministre, la plénière est allée vite. 367 députés nationaux sur 377 présents à l’hémicycle vote sur sa déchéance. Il lui reproche un bilan négatif.
La motion a été initiée par le député Chérubin Okende. Mais, l’absence de Sylvestre Ilunga n’a pas surpris. Le FCC, sa plateforme, avait déjà prévenu qu’il ne se présentera pas parce que  »ce n’est pas au bureau d’âge d’examiner une motion contre lui ». Le doute a davantage plané lorsque, en mission officielle, Ilunkamba s’est retrouvé dans le Haut-Katanga où séjourne l’ancien président de la République Joseph Kabila, le patron du FCC.

Manoeuvre politicienne?

En effet, depuis l’annonce de la fin de la coalition entre le Cach, la plateforme de Félix Tshisekedi, le président de la République et celle du FCC, début décembre, plusieurs Congolais ont émis le vœu de voir le Premier ministre Sylvestre Ilunga démissionner. Des voeux accentués fin décembre avec la désignation de Modeste Bahati comme informateur. Le président de la République à en croire, des sources concordantes, lui a aussi demandé de jetter l’éponge. Malheureusement, il n’a pas bronché.  »Le programme du gouvernement définit de concert avec le président de la République, est établi pour une période de 5 ans, c-à-d pour une durée de la législature. Il serait donc biaisé de vouloir en établir le bilan général et de tirer des conclusions hâtives au terme de seulement 15 mois de son règlement », explique dans sa réponse écrite le Premier ministre. Il donne encore d’autres explications et déclare que cette motion de censure est une manœuvre politicienne sans fondement factuel et au mépris des exigences de l’État de droit. En effet, l’État de droit est ce que prône Félix Tshisekedi. Malheureusement, avec la majorité du FCC dont il est issu et qui a basculé avec le vent de l’Union sacrée pour la nation lancée par Félix Tshisekedi, lui et son gouvernement tombent.

Ilunga s’en remet au bureau définitif

Mais il est clair dans sa réponse :  »En vertu du règlement intérieur de l’Assemblée nationale et à la lumière des arrêts récents rendus par la Cour constitutionnelle, le champ des compétences du bureau d’âge ne peut aucunement excéder le cadre de la gestion des affaires courantes de l’Assemblée nationale », précise-t-il. « C’est au bureau définitif de diligenter la procédure et d’instrumentaliser les actes afférents à toute motion de censure, renchérit Ilunga . Dans ces circonstances, je me tiens à la disposition du bureau définitif  ». Un bureau qui sera élu le mercredi 3 février prochain.
Pour le député Jacques Ndjoli,  »il ne peut pas refuser (sa déchéance, Ndlr) parce qu’il ne bénéficie plus de la confiance du président de la République et de la chambre. Il n’est plus à même de gouverner ». Le FCC saisira-t-il la justice ?
C’est depuis 15 mois que Sylvestre Ilunga a été nommé Premier ministre.
La nomination d’un autre Premier ministre et la formation du gouvernement risquent de ne plus tarder.

One Response to "RDC: Sylvestre Ilunga rejette la procédure de sa destitution"

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.