Matadi : grave accident de moto sur Tsasa di Ntumba

Matadi : grave accident de moto sur Tsasa di Ntumba

Un tricycle de marque NGKEN dit “Tuambanzi” a fini sa course dans un shop près de l’hôtel Margléon sur l’avenue Tsasa di Ntumba. Bilan de l’accident: quatre blessés dont un grièvement.

Inconscient, le jeune homme qui saigne abondamment du nez et de la bouche est placé à l’arrière d’une Toyota Landcruiser, à première vue le voir s’en sortir relèverait d’un miracle. A côté, un de ses amis a la cheville déclassée. Le plus jeune, sorti le dernier du lieu de l’accident, a plusieurs blessures à la tête, un autre est apparemment sain mais pleure, visiblement choqué par ce qui leur est arrivé. Autour de l’engin, des habitants des alentours qui en pleurent, qui hébétés. Le chauffeur de la Toyota de la société Pass partout a accepté de les acheminer à l’hôpital provincial de Kinkanda avec seulement deux jeunes volontaires du quartier qui ont aidé à les tirer du lieu de l’accident pour les placer à l’arrière de la 4×4. “Quand et comment arriveront-ils à Kinkanda?, se demande une femme. Je viens de là, il y a un embouteillage monstre.”

Tsasa, route dangereuse!

Il est 12h00′ quand le tricycle a quitté la route pour s’encastrer dans un shop avant d’être stoppé net par un arbre. A cette heure, la circulation n’est pas intense.
Selon des témoins, l’accident est causé par un excès de vitesse. “Ces jeunes motards roulent à tombeau ouvert même sur une route aussi dangereuse et pentue comme Tsasa, commente un homme. Voilà la conséquence.” D’autres, avancent un autre mobile. “Je pense que les freins ont lâché et le conducteur n’a pu négocier le virage à la sortie d’une longue et périlleuse pente”, explique un témoin. L’avenue Tsasa di Ntumba est, en effet, pentue avec plusieurs virages. Celui-ci à côté de l’hôtel est particulièrement dangereux car à la sortie d’une descente. Ici, les conducteurs qui viennent de deux côtés ne se voient qu’au dernier moment.
Dans sa course, le tricycle qui transportait des ordures ménagères a détruit un shop vide qui lui, a sauvé la vie d’un homme qui vendait dans la cabine téléphonique contiguë, à peine touchée.
“En temps normal et à 12 heures où les élèves sortent de l’école où y vont, le bilan de l’accident aurait été plus lourd, Dieu soit loué,” remercie une mère de famille.

Leave a Reply

Your email address will not be published.