Boma: les abonnés de la Régie de distribution d’eau s’insurgent contre la forte hausse de la facturation

Boma: les abonnés de la Régie de distribution d’eau s’insurgent contre la forte hausse de la facturation
Partagez

A Boma,une des villes portuaires du Kongo central,chaque mois,la Régie de distribution d’eau(Regideso) revoit sa facturation à la hausse jusqu’à la trlpler. Les abonnés pas assez informés dénoncent une surfacturation.

Les deux factures de Patience Malonda de novembre 2020, à janvier 2021 ont grimpé de 96 000 Fc(48$),170 000 Fc((85$) jusqu’ à 200 000 Fc(100$).
Des agents de la Regideso lui ont dit de revoir leur manière de consommer l’eau.  » Malgré cela rien ne va  »,se plaint-elle.
Francoise elle dit connaître comment se calcule la consommation d’eau avec le prélèvement de l’index par les agents de la Regideso. Pendant qu’elle s’attend à payer 90 000 Fc(45$),elle est ahurie: la facture double.  » Que les gestionnaires de la Regideso nous disent pourquoi cette augmentation ?  », enrage-t-elle. Eric Lubamba parle lui,de surfacturation, et de manque d’équité. Il cite la loi du 31 décembre 2015 sur le prix de service public de l’eau qui dispose en son article 85 que  » les tarifs de l’eau sont fixés selon les principes de vérité des prix,d’ égalité, d’équité et de transférabilité des charges  » ,avant de dénoncer que la facturation n’a pas été majorée ailleurs,au Kongo central.

Déficit communicationnel

Zola lui, veut savoir si c’est une décision des autorités nationales, provinciales ou locales pour récupérer les deux mois de gratuité de la consommation d’eau offerte par le gouvernement dans le cadre des mesures d’atténuation de l’impact de la Covid-19 sur les habitants.  » Il est temps que la Regideso mène des campagnes d’information dans les radios et télévisions pour nous expliquer les causes de cette augmentation  »,exige Françoise.
Le chef de centre de la Regideso Boma fait savoir que la décision est nationale et qu’il s’agit d’un nouveau tarif et non d’une surfacturation
Un communiqué qui date du 27 janvier explique l’augmentation en janvier à Boma et qui en dit long sur un déficit de communication.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.