L’université de Boma s’engage à promouvoir le leadership féminin pour une société égalitaire

L’université de Boma s’engage à promouvoir le leadership féminin pour une société égalitaire

Au cours d’une conférence organisée dans son site d’enseignement au centre-ville, l’Université de Boma(Unibo), au Kongo central,s’est résolument engagée à accompagner la gent féminine dans son combat pour une société égalitaire.

Sous le lead de la Cheffe du Bureau urbain genre famille et enfant, les autorités académiques ainsi que les étudiants ont pris une dose suffisante des matières centrées sur le leadership féminin d’excellence, société égalitaire et numérique à l’ère de la covid-19, thème national retenu en RDC à l’occasion de la journée internationale de la femme (JIF) 2021
Que célèbre –t-on le 8 mars de chaque année ? C’est sur cette question que l’oratrice principale Florentine Thamba, cheffe du bureau Genre Boma a débuté son allocution. ” Le 8 mars est une journée d’action, de sensibilisation et mobilisation dédiée à la lutte pour les droits des femmes, l’égalité et la justice. Il y a beaucoup d’initiatives, les femmes se mobilisent pour réfléchir, échanger et faire le point sur la question de la place de la femme dans la société ”,explique Florentine Thamba.
” Le leadership féminin d’excellence pour une société égalitaire à l’ère du numérique dans le contexte de covid-19 ,ce thème argumente la cheffe du bureau Genre, signifie que des hommes et des femmes doivent vivre dans une société sans injustice, une société équilibrée où tous nous jouissons des mêmes droits. Le sexe est inné, on ne le change pas mais ce qu’on peut changer dans la société les stéréotypes, les constructions sociales ce que nous appelons le genre”, explique-t-elle.
Le mois de mars cette année est célébrée dans le contexte de la Covid-19, l’oratrice a de ce fait invité chacun et chacune au respect des gestes barrières. ” La responsabilité incombe aux époux d’aider les enfants à la maison d’appliquer les mesures telles que le lavage des mains ou encore le port du masque pour prévenir la maladie à coronavirus”, a-t-elle dit. En parlant de la société égalitaire, l’oratrice a insisté sur le fait qu’à tous les domaines de la vie l’homme et la femme puissent avoir un même traitement. A l’ère du numérique, la femme doit s’adapter aux exigences de la nouvelle technologie de l’information et de la communication. ” Avec le Coronavirus, même les affaires peuvent se réaliser sans effectuer un déplacement ; les ventes et les achats se font en ligne. Les femmes sont invitées à s’adapter”, a-t-elle martelé.

Intégrer la femme à l’Unibo

D’autres sous thèmes ont été développés notamment le leadership féminin par la cheffe du bureau de Petites et moyennes entreprises( PMEA) de Boma, deux autres étudiantes ont exposé tour à tour sur le volet même leadership mais avec des angles précis comme le handicap physique n’est pas un frein au leadership féminin et instruction et éducation moteur d’un leadership efficace. Les femmes apportent des expériences, des perspectives et compétences ainsi que des contributions irremplaçables en faveurs des décisions et des politiques et des lois qui fonctionnent mieux et qui profitent à tous. La patronne du genre Boma a pour ce faire exhorté l’Unibo à ” intégrer la femme dans son comité de gestion dont les 100% des membres sont des hommes.
” La situation du genre à Boma, il y a un déséquilibre”, renseigne le rapport de monitoring du bureau genre réalisé en début 2021.

Enseignements de qualité

Au terme de ces exposés, un débat et échanges des vues ont alimenté la séance. Face à un auditoire rempli d’étudiant, les oratrices ont eu des argumentaires convainquant. Tous ont pris l’engagement de contribuer pour un monde égalitaire.
Le manager du Conseil d’administration de l’Unibo, le chef des travaux Albert Nguvulu s’est dit ému par la qualité des interventions. Il a pris acte du vœu formulé par le bureau genre ,à savoir, équilibrer le comité de gestion de l’université. Albert Nguvulu a,par ailleurs, félicité le corps académique pour la réussite de cette conférence. Aux étudiants il les a rassurés du bon choix opéré pour leurs études universitaires.” En trois année d’existence, l’Université de Boma s’est distinguée parmi les institutions d’enseignement supérieur et universitaire de la ville de par la qualité de son corps professoral mais aussi des enseignements dispensés”, a soutenu le manager Albert Nguvulu.

Briser les stéréotypes
Face à la presse, les oratrices avouent avoir été un peu secouées par les participants. Madeleine Mbungu, directrice provinciale de l’Union congolaise des femmes des médias( Ucofem), est l’une d’entre elles. ” Dans tous les cas, je sors de cette conférence satisfaite. Le débat était houleux un moment dans la salle parce que la question du genre ou encore de l’égalité de sexe, certains de nos partenaires hommes ne comprennent pas les concepts sinon n’en veulent pas entendre de leurs oreilles. J’ai exposé sur un sous thème intitulé instruction et éducation moteur du leadership féminin. C’était sur proposition de l’université. Et après des échanges nous nous sommes mis d’accord avec mon auditoire sur le fait que la fille, femme en devenir a réellement besoin d’acquérir des connaissances nécessaires pour lui permettre de briser les stéréotypes du genre et autres freins à sa maturité. S’il n’est pas inné, le leadership on l’acquiert aussi et c’est ce que j’ai développé ”,indique Madeleine Mbungu qui a aussi remercié les organisateurs pour le choix porté en sa modeste personne. Cette conférence de l’Unibo a été une vitrine pour elle. ”Je suis vraiment surprise. Je ne savais pas que dans la ville, il y avait une université qui regorge des étudiants avec un sens aussi élevé de réflexion”, s’étonne Sagesse Ewanisia.
C’est dans une ambiance de convivialité que s’est achevée cette activité organisée en marge de la journée internationale de la femme.

Leave a Reply

Your email address will not be published.