Folle rumeur de vaccin contre la Covid-19 à Mbanza-Ngungu

Folle rumeur de vaccin contre la Covid-19 à  Mbanza-Ngungu

Des écoles paralysées à Mbanza-Ngungu, au Kongo central des suites d’une rumeur sur une vaccination des enfants contre le Coronavirus. Des mamans sont entrées dans des salles de classe pour récupérer leurs enfants de force.

Des élèves en pleurs, paniqués d’un côté et des mamans surchauffées venues récupérer leurs enfants à l’EP3 Kukiele et EP Ebeya. La nouvelle se répand comme une trainée de poudre. Alphonse Nsituvangi est sous-directeur de la province éducationnelle Mbanza-Ngungu I. Il monte sur sa moto pour s’enquérir de la situation. Cap sur EP3 Kukiele. Malheureusement, les élèves le prennent pour un vaccinateur : c’est la débandade. ”J’étais mouillé, perdu”, raconte-t-il. Il assiste aussi à une scène où des mamans agressent des directeurs et des enseignants pour récupérer à tout prix leurs enfants.

‘’ Un jour de raté pour l’école, c’est trop  ‘’

La folle rumeur serait partie des mamans qui auraient apprises que l’on voulait administrer le vaccin contre la Covid-19 à leurs enfants. Dans les réseaux sociaux et dans plusieurs médias, des messages sont véhiculés sur la dangerosité des vaccins qui sont administrés dans plusieurs pays et que le gouvernement congolais se les est aussi procuré. D’autres nient carrément l’existence de la pandémie dans le pays. ”Est-ce qu’on parle de vaccin dans notre entité?”, se demande Nsituvangi qui précise n’avoir pas entendu le médecin chez de zone et l’administrateur du territoire parler de vaccin à Mbanza-Ngungu.

Une telle panique avait aussi été observée à Bukavu, au Sud-Kivu fin février dernier.  Le sous-directeur de la province éducationnelle de Mbanza-Ngungu I appelle au calme et sensibilise.  ”Nous devons permettre aux enfants d’étudier calmement. Un jour de raté pour l’école, c’est trop.

En RDC, le lancement de la campagne de vaccination est programmé pour le 15 mars. Les groupes prioritaires sont les professionnels de santé et les travailleurs sociaux; les personnes souffrant de maladie rénale chronique, hypertension et diabète; les personnes âgées de plus de 55 ans…Le Kongo central fait partie des quatre provinces les plus touchées où le vaccin sera administré en premier.

Leave a Reply

Your email address will not be published.