Zola Nkangu, le nouveau marché viable de Boma

Zola Nkangu, le nouveau marché  viable de Boma
Partagez

Zola Nkangu fait l’unanimité, à Boma : viable et salubre. Un marché dans la commune de Kalamu construit pour les vendeurs délocalisés de celui de Dumbi mais que certains refusent d’occuper.

A Zola Nkangu, des vendeurs exercent allègrement leurs activités depuis décembre 2020. Leurs denrées alimentaires sont sur des étals, la propriété y règne. C’est un marché vaste : 300 m2 pour 1 000 étals, 197 dépôts et des installations hygiéniques adaptées, eau et électricité. Jusque mars ceux qui s’y sont installés ne paient pas de taxes. Mais beaucoup habitués au marché Dumbi ne veulent pas y aller.  ‘’ Si nous avons pris la décision de mettre une croix sur le marché Dumbi c’est par souci de sauvegarder la santé de la population. Les  saletés  qui proviennent de part et d’autres, les  eaux usées et toutes sortes d’ordures ont envahi ce marché et les vendeurs étalent les marchandises à même le sol exposant ainsi les acheteurs et les consommateurs à des maladies. Notre responsabilité est de protéger  la santé de tout le monde, voilà pourquoi nous avons jugé utile de désaffecter ce marché ‘’, explique Marie-Josée Niongo,maire de Boma sur place à Zola Nkanu. Elle y est accompagnée par Adrien Phoba,député national élu de cette deuxième ville du Kongo central. Leur arrivée emballe les commerçants qui chantent en lingala : ‘’ Ata bitula na zola nkangu toko zonga na Dumbi te ! Dumbi ekufa ! (Même si nous vendons difficilement, nous ne retournerons plus à Dumbi. Que ce marché disparaisse, Ndlr).

Persuader les vendeurs

 Phoba avait pourtant appris que les vendeurs étaient chassés illégalement. Il est agréablement surpris : ‘’ En tout cas je me réjouis du travail abattu par le maire. Il y a assez de tables vides ici. Je veux que les gens vendent dans des bonnes conditions ‘’, encourage-t-il. Il promet se rendre à Dumbi avec son mégaphone persuader les autres vendeurs. Parmi eux, ceux qui possèdent des dépôts. La mairie elle n’hésite pas à mettre la police à contribution. Mais Anita estime que ‘’ tout le monde ne peut pas aller vendre à Zola Nkana parce qu’une ville n’a pas qu’un seul marché’’. Marie-Josée Niongo a réagi : ‘’ Les vendeuses qui doivent impérativement quitter Dumbi sont ceux qui exercent le long de la route, au bas fond et où il y a des bourbiers. ‘’

La taxe mensuelle de  5 000 Fc(2,5$) à partir d’avril 2021.  40% de recettes générées seront remis au propriétaire de terre et 60% reviendront à l’Etat.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.