Route Seke- Banza-Kilengi au Kongo central: le chemin de la croix

Route Seke- Banza-Kilengi au Kongo central: le chemin de la croix

Les riverains du tronçon routier Seke- Banza-Kilengi  broient du noir. Les villages du secteur de Mbavu au Kongo central peinent à évacuer leurs produits agricoles à cause de l’état désastreux de cette route. Ils appellent à l’aide.

Guylain Mbambi alias Muana Nzambe, un habitant de Matadi s’est hasardé de se rendre dans son village Kilenga, à environ 100 km de Matadi. Il a souffert une grande douleur. La route érodée est parsemée des bourbiers. ‘’ J’étais obligé de descendre une dizaine de fois de la moto pour marcher sur de longues distances à pied en vue de rejoindre le taxi-moto car, à certains endroits, il est impossible de rouler à deux sur la moto ‘’, explique-t-il. Pour parcourir ce tronçon, il faut payer 15 000 fc (7,5$). Malheureusement, les riverains de la route Seke-Banza-Kilengi préfèrent marcher à pied parce que même sur un quatre roues, ils sont obligés de parcourir certains tronçons à pied. Ils doivent quitter leurs villages parfois vers 2 heures du matin pour aller vendre leurs produits agricoles à la cité de Seke-Banza. ‘’ C’est pénible avec une corbeille au dos. Je ne sais pas emporter assez de produits agricoles. La conséquence est qu’ils pourrissent au champ et cela me décourage ‘’, regrette Fyfy. Elle porte sa corbeille et ses vêtements sont mouillés de sueur. ‘’ C’est pire s’il pleut. On ne sait avancer et parfois on tombe à cause de la boue ‘’, ajoute-t-elle.

Des cadavres déplacés à moto

La situation est beaucoup plus préoccupante en cas de décès d’un habitant à l’hôpital général de Seke-Banza, la plus grande formation médicale du territoire. Il faut déplacer la dépouille mortelle par moto. Elle est attachée à l’aide des caoutchoucs d’une chambre à air d’un pneu avec le conducteur. Une troisième personne est placée derrière pour soutenir le corps. ‘’ C’est incroyable ce que j’ai vu. Il faut qu’on réhabilite cette route ‘’, plaide Muana Nzambe. La situation sanitaire des enfants est très précaire, les écoles vétustes n’assurent plus un enseignement de qualité…

Cette contrée est pourtant un grenier agricole (fufu, arachide, patate douce, huile de palme, maïs, taro, sésame, soja…) qui ravitaille les villes du Kongo central et Kinshasa. Son sous-sol est aussi gorgé de l’or, diamant etc. Ce tronçon routier permet d’atteindre d’autres territoires et le Congo-Brazzaville.

Il y a environ une année, à en croire un habitant de Kilengi, le député Joachim Mavungu, élu du territoire de Seke-Banza avait entamé des travaux de rabotage de cette route en terre mais le gouvernement provincial le lui a interdit. ‘’ Que les autorités nous aident parce que nous devenons de plus en plus pauvres ‘’, supplie presque le chef de centre de Kilenge.

Photo d’illustration

Leave a Reply

Your email address will not be published.