Boma : un seul service générateur des recettes de la mairie sur 66 atteint les assignations au premier trimestre

Boma : un seul service générateur des recettes de la mairie sur 66 atteint les assignations au premier trimestre
Partagez

Trois mois après l’élaboration du budget exercice 2021 de la mairie de Boma, l’heure est à l’évaluation. De la réunion entre la société civile et la mairie du 14 au 15 avril, il ressort qu’un seul service générateur des recettes atteint les assignations sur 66. La faute notamment au manque de civisme fiscale des habitants.   

Le bon élève de la trouve s’appelle : l’office notarial. Elle a réalisé 300% des recettes. Deux autres services ont atteint à peine 50% : les PME et artisanat ainsi que les affaires sociales . ‘’ C’est une note de satisfaction ‘’, encourage Marie-Josée Niongo, maire de Boma. Les 62 autres services éprouvent de sérieuses difficultés. Sur le banc des accusés : des contribuables qui majoritairement ne s’acquittent pas de leurs obligations fiscales. ‘’ Là où il y a les devoirs des citoyens sont remplis ce sont  les droits de l’Etat. En ce moment-là, il investit pour répondre aux aspirations de la population ‘’, explique le maire. Ce n’est pas tout. Béatrice, cheffe du bureau urbain des PME et artisanats cite aussi les empiétements des attributions. Plusieurs taxes se chevauchent entre les services. ‘’ Il est important de mettre un terme à ce problème ‘’, plaide-t-elle.

Sensibiliser les habitants au civisme fiscal

Pour l’exercice 2021, le  budget de la mairie de Boma est arrêté et équilibré en recettes et en dépenses à hauteur de 4.409.175.231 Frans congolais. La ville doit mobiliser  290 millions de ses recettes propres. Le gros du budget proviendra de la rétrocession. Lors du premier forum des villes organisé en 2020, il a été démontré que les villes de la RDC sont pauvres. L’Initiative pour le développement locale (Idel) travaille avec les autorités des villes pour changer la vapeur. ‘’L’objectif est de pousser les services générateurs des recettes de prendre conscience de leur responsabilité  pour donner à  la ville les moyens de sa politique localement ‘’, explique Apollinaire Nsoka,son coordonnateur. Cette ONG a initié le programme villes émergentes.  Marie Josée Niongo remercie l’Idel qui a mobilisé les acteurs de la société civile à prendre part à cette activité. ‘’ Les ressources de la ville, ce sont des ressources de la population. Nous sommes disponibles à livrer toutes les informations relatives au budget de la mairie et son exécution jusqu’aux moindres détails car ce n’est pas un secret ‘’, rassure-t-elle.

Pour réussir leur mission, les participants ont opté pour la sensibilisation des habitants au civisme fiscal.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*