Journée mondiale de la liberté de la presse : situation dégradante en RDC

Journée mondiale de la liberté de la presse : situation dégradante en RDC

A l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse,  Journaliste en danger(JED) constate une augmentation d’attaques contre les journalistes et les médias. Cette ONG veut que la situation change.

Dans son rapport annuel sur la liberté de la presse, JED relève que ‘’ plus de deux ans après l’accession au pouvoir du Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi, il se constate une recrudescence inquiétante d’attaques contre les journalistes et les médias ‘’. Depuis le début de l’année, 47 cas sont enregistrés : 14 journalistes ayant reçu des menaces directes ou indirectes pour des raisons professionnelles, onze journalistes interpellés, c’est-à-dire détenus pendant moins de 48 heures ;neuf journalistes agressés ou torturés dans l’exercice de leur profession ;sept journalistes incarcérés(ayant été privés de sa liberté pendant plus de 48 heures) ;cinq cas de censures ou d’entraves à la libre circulation de l’information et un Journaliste porté disparu.  Ces entraves sont répertoriés en Ituri, Kinshasa, Mongala, Lualaba, Bukavu, Equateur, Kasaï, Nord-Kivu…C’est à cause de cela que dans le dernier classement mondial de la liberté de la presse publié par RSF en avril dernier, la RDC occupe la 149ième place sur 180 pays.

Lire aussi :‘’ Les atteintes à la liberté de la presse se maintiennent à un niveau alarmant‘’ : rapport 2021 de RSF sur la RDC

Gouvernement interpellé

Pourtant, à l’arrivée du président Felix Tshisekedi, il y a eu une lueur d’espoir. ‘’ Cela n’a été que de courte durée au vu de la recrudescence des violations de la liberté d’informer ‘’, observe JED. C’est ainsi qu’il lance un appel pressant ‘’ pour des réformes de la loi sur la presse et la lutte contre l’impunité doit être une priorité. Sans lesquelles, la situation des journalistes restera toujours précaire ‘’. 

La journée mondiale de la liberté de la presse est célébrée sous le thème :’’ l’information comme bien public ‘’. ‘’ C’est un appel à renouveler l’engagement du gouvernement congolais en faveur de la liberté d’expression et la liberté de la presse et des professionnels des médias pour l’exercice de cette liberté avec responsabilité ‘’, estime JED.

Leave a Reply

Your email address will not be published.