Des grossesses précoces qui stoppent la scolarisation des adolescentes de Maduda, au Kongo central

Des grossesses précoces qui stoppent la scolarisation des adolescentes de Maduda, au Kongo central
Partagez

Sans information et encadrement, des adolescentes deviennent mères tôt dans les confins désolés de Maduda, à Tshela, au Kongo central, au sud-ouest de Kinshasa. Beaucoup voudraient bien reprendre l’école mais les responsabilités de mère les en empêchent.

Camp Maduda, dans le secteur enclavé de Maduda de 300 villages, tapi dans la forêt du Mayombe. Difficile de passer deux ménages sans rencontrer une jeune mère. L’une d’elle Pauline Matumona, 20 ans est mère de quatre enfants. Elle a eu sa première maternité à 12 ans. A l’époque, elle fréquentait la 5ème primaire. Sunda, deux enfants, nage dans ses 15 ans. Elle est mère à 11 ans pendant qu’elle était en 6ème primaire. ‘’On ne m’a jamais dit qu’à tel âge, j’aurai des menstrues et que je pouvais tomber enceinte en ayant des relations sexuelles surtout non protégés‘’, regrette-t-elle. Dans les écoles, les filles pourtant brillantes, disparaissent avant d’avoir leur certificat de fin d’études primaires et 90% d’entre elles ne reprennent plus l’école. En effet, à Maduda, les filles deviennent mères entre 10 et 13 ans. ‘’En 2020, cette juridiction dans la zone de santé de Kinkonzi a enregistré 280 maternités des jeunes et adolescentes dont l’âge moyen varie entre 12 et 17ans parmi lesquels trois décès‘’, selon Armand Tsasa, le superviseur de la zone en charge de la santé de la reproduction. Puisqu’elles abandonnent l’école, leur niveau laisse à désirer. Anto, fille-mère, peine à donner son âge. Elle ignore même celui de son fils.

Des mariages forcés

Aux grossesses indésirables, s’ajoutent les mariages forcés. Dorcas a enfanté deux ans après avoir été mariée de force. Elle avait à peine 15 ans. Son mariage n’a duré que l’espace d’un matin. Dorcas est rentrée chez ses parents. La famille a désormais deux bébés car sa sœur Berthe, elle aussi adolescente mariée de force, a regagné la maison. ‘’Leurs conjoints n’ont pas pris soins d’elles‘’, regrette Julie Makanda, leur mère, elle aussi non instruite. ‘’Le mariage précoce et forcé est condamné par la loi. Dans l’hypothèse où la fille est une mineure, les parents doivent savoir que la meilleure de chose à faire lorsque leur fille a été rendue grosse, c’est de la garder à la maison”, estime Me Bébé Uwandji, coordinatrice adjointe de l’Association des femmes juristes du Congo, section de Boma. ‘’Si les parents décident d’aller déposer la fille chez le garçon qui l’a rendu grosse, ils tombent sous le coup de la loi. C’est du viol. La fille qu’on amène chez l’auteur de sa grossesse est victime de violence. ’’Il faut former des relais communautaires et aussi les parents qui à leur tour vont sensibiliser et éduquer les enfants’’, propose pour sa part Armand Tsasa. ‘’A cela s’ajoute les notions sur la contraception‘’, complète Dr. Angèle Mabiala, médecin des hôpitaux. Mais comment y parvenir? Léon Mvemba, notable de Tshela suggère ‘’de briser le tabou sur l’éducation sexuelle parce qu’au village, parler de sexe est une honte. Ce qui fait que ces enfants sont délaissées à leur triste sort’’.

”Je désire étudier”

Pauline Matumona a repris les études jusqu’à décrocher son diplôme. Elle est aujourd’hui enseignante. Devenue un exemple,beaucoup des jeunes mères veulent faire comme elle. C’est le cas de Miradi, 16 ans. Assise, elle allaite son enfant. ‘’Je demande pardon à mes parents, je désire étudier‘’, implore-t-elle. Mais certains qui ont pris de l’âge préfèrent apprendre un métier. Le secteur n’a qu’un seul centre d’apprentissage des métiers, celui des sœurs de la charité. Il faut 5 000 fc (2,5$ ) pour y accéder en sus du matériel qu’il faut avoir. Le chef de secteur Merlin Matumona demande aux églises, journalistes et enseignants ‘’de jouer pleinement leur rôle‘’, car conclut- Il, ‘’l’Etat ne saura pas tout faire au même moment‘’.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.