Matadi : le projet eau en milieu urbain à la base de la pénurie d’eau?

Matadi : le projet eau en milieu urbain à la base de la pénurie d’eau?

Matadi, capitale du Kongo central, éprouve d’énormes problèmes d’approvisionnement en boiseau de la Régie de distribution d’eau (Regideso). Plusieurs de ses quartiers en souffrent au rang desquels Soyo dans la commune de Matadi. La population est pratiquement soumise à un “délestage”. A l’origine de cette desserte par intermittence, une production insuffisante due à l’élargissement du réseau par le Projet eau en milieu urbain (PEMU), indique une source

A Soyo 4, voilà trois semaines que Brunelle Mpolo ne dort que deux à trois heures la nuit. Chaque jour, elle est à l’affût d’une précieuse et désormais rare denrée : l’eau de la Regideso. “Je suis obligée de rester éveillée jusqu’aux heures tardives pour espérer voir l’eau couler du robinet et si c’est le cas, c’est vers 1 heure, voire 2 heures qu’elle jaillit, et dans ce cas je passe près de 2 heures soit jusque 3 heures ou 4 heures du matin, pour remplir tous les récipients possibles. C’est triste et fatiguant. J’en ai marre, que la Regideso trouve une solution”, rage-t-elle les paupières lourdes.
“C’est dangereux pour ma fille et moi-même d’être à l’extérieur de la maison à ces heures tardives, craint Josée, la mère de Brunelle. Le fleuve est à quelques mètres de nous mais nous manquons d’eau, quel contraste!”

Dans ce quartier comme dans d’autres à Matadi, l’eau coule par intermittence. Elle est devenue une perle rare. Difficile donc d’accomplir ses tâches ménagères comme auparavant. Il faut parcourir non seulement plusieurs kilomètres pour se la procurer mais payer 200fc (0,1$) par bidon de 20 ou 25 litres comme transport.
“Combien gagnons-nous pour faire ces dépenses supplémentaires, tonne un homme, quelques 10 bidons accrochés à l’aide d’une corde sur les épaules, en partance pour Kinkanda à la recherche de la précieuse ressource. Maintenant que la saison sèche est là, quel sera notre sort?”
“Que se passe-t-il finalement à la Regideso?”, se demande les Matadiens?

Production insuffisante

Nous avons pu joindre une source à la Regideso et la raison de ce désagrément est pour le moins étonnante.
“La production actuelle est insuffisante pour desservir tout le monde au même moment, la Regideso n’a d’autre choix que de distribuer son eau à tour de rôle, informe la source qui explique qu’avec le PEMU, quelques 4 000 branchements sociaux ont été réalisés sur les 5 000 prévus. Les clients sont donc beaucoup plus nombreux alors que la production elle n’a pas bougé d’un pouce. Conséquence : la Regideso n’est pas en mesure de desservir tous ses abonnés à la fois et procède ainsi par intermittence”.

Le PEMU, salutaire et accueilli avec soulagement par plusieurs ménages, devient soudain le grain de sable qui bloquerait la machine. Et, avec les quelques 1 000 branchements restants, la demande va augmenter de plus bel pendant que l’offre stagne. L’horizon est apparemment encore loin de s’éclaircir et le ballet de bidons jaunes pas prêt de s’arrêter.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*