Cilu: un siècle d’histoire célébré à Matadi

Cilu: un siècle d’histoire célébré à Matadi

1921 – 2021, la Cimenterie de Lukala (Cilu) a célébré ses 100 ans vendredi 28 mai à l’hôtel Ledya de Matadi, au Kongo central. Une longévité sans précédent dans le secteur, acquise grâce entre autres à la qualité de ses produits, au savoir-faire de son personnel ainsi qu’à ses clients dont les meilleurs ont été récompensés.
Les 100 ans de la Cilu sont aussi l’occasion pour la première cimenterie de la RDC de se tourner vers un futur radieux pour ce pays.

Pour son centenaire, la Cilu a mis les petits plats dans les grands. Elle a disposé 15 tableaux, tels des oeuvres d’art, sur le parcours qui mène au lieu de cérémonie. Non seulement ils ornent les 36 marches qui séparent le parvis de l’entrée de la salle de fêtes, mais ils retracent surtout les 100 ans de qualité de services et de savoir-faire de cette cimenterie: de sa naissance en 1921 en passant par la première production de ciment en 1923, les infrastructures construites pendant ce siècle avec du ciment Cilu au rang desquels le collège Boboto, le monument de la gare centrale, l’immeuble Forescom, le grand hôtel de Kinshasa, le marché central, les tours BCDC et de l’échangeur, le Palais du Peuple, le barrage d’Inga, le stade des Martyrs jusqu’au pont Mankusu de Lukala. “Il y a beaucoup d’entreprises qui font la pluie et le beau temps mais qui ne font pas long feu, fait observer le gouverneur Atou Matubuana. Pour la Cilu, 100 ans est une vie merveilleuse, cette longévité mérite le respect. Nous sommes fiers d’avoir un tel employeur dans notre pays et au Kongo central.”. Plus tôt, dans le livre d’or, il a écrit : ” A toi Cilu, la province du Kongo central te rend des hommages pour ta contribution à l’essor  et au développement de la RDC.”

Le social aussi

Outre les infrastructures, les 100 ans de la Cilu ont été marqué par le social. Principal bénéficiaire, la cité de Lukala. La cimenterie y a construit plusieurs infrastructures dont un complexe scolaire accueillant plus de 700 enfants, un centre de promotion sociale pour les jeunes filles, des ateliers de couture, de broderie, d’agriculture et d’apprentissage de la langue française. Une fierté pour la communauté professionnelle de Lukala. En un siècle, la Cilu a donc su faire preuve de résilience et passer les contingences temporelles pour devenir aujourd’hui la référence de l’industrie congolaise. Ce qui rend fier Andreas Bischofbergerson, le directeur général . “Aujourd’hui, nous sommes heureux de fêter, ensemble avec les Bakolo Histoire (collaborateurs et clients du Kongo central, Ndlr), la qualité, la passion et l’expérience de la Cilu. “Ne dit-on pas que la qualité d’une oeuvre se confirme par sa durabilité dans le temps? Vous pouvez donc continuer à compter sur la cimenterie de Lukala, “Mabele ya Mboka”, parce qu’à travers toutes nos œuvres, nous avons assuré leur durabilité avec la qualité de nos produits”, vante de son côté Ali Mufuta, le directeur commercial et marketing.


Franche et sincère collaboration

Cette expérience, on s’en doute, n’aurait pas été acquise sans la collaboration de différents partenaires.
“Grande est ma joie de faire partie, comme vous dignes fils de nos terres, des acteurs de 100 ans de la Cilu et de vous remercier, vous, fils et filles du Kongo central, pour votre inlassable soutien à la cimenterie de Lukala”, se satisfait Andreas Bischofberger. Ali Mufuta renchérit : “Faces aux multiples défis relevés par la Cilu nous avons toujours su compter sur le soutien et l’appui de nos loyaux collaborateurs et clients du Kongo central.” Leur franche et sincère collaboration a porté ses fruits car, la Cilu à son tour, s’est montrée reconnaissante.
Une trentaine de ses meilleurs clients se sont vus décernés un brevet de distinction. Ils sont venus de Muanda, Boma, Matadi, Mbanza-Ngungu, Kisantu et Kasangulu.
Thierry Mbambi, distributeur des produits depuis 23 ans, est l’un d’eux. “Je suis ému, dit-il pour ce mérite, cette reconnaissance, cette marque de collaboration. Mais le plus grand mérite revient à la Cilu pour la qualité de ses produits.”
Jean Phambu se dit lui aussi “reconnaissant et prêt à écrire une nouvelle page d’histoire avec sa cimenterie à travers une collaboration future”. Mais si le premier sollicite l’octroi de crédit camion, le second demande à la Cilu de mettre à leur disposition des camions pour le transport du ciment de Lukala à Matadi, au frais bien sûr des distributeurs qu’ils sont.

Construire l’avenir

Décidément, ce centenaire annonce le début de nouveaux challenges. “Aujourd’hui, avec tout le Kongo central, nous magnifions notre cimenterie, notre patrimoine, pour construire le Congo d’aujourd’hui et de demain“, se réjouit Andreas Bischofberger qui soutien que “ce centenaire leur donne l’occasion d’être à l’écoute des consommateurs pour ainsi maintenir la qualité légendaire de leurs services pour le prochain siècle”. C’est ce que Ali Mufuta appelle “un business gagnant-gagnant tant pour les partenaires que pour la Cilu en facilitant bien évidemment la satisfaction de leurs clients”. Pour construire demain, estime Atou Matubuana, “travailleurs et employeur doivent prendre leurs responsabilités, travailler davantage la main dans la main pour que le prochain centenaire soit meilleur”. A cette fin, il promet son accompagnement au comité de direction et à l’ensemble du personnel. “Mais pourquoi le centenaire de la Cilu n’a-t-il pas célébré à Lukala?, a demandé le premier citoyen du Kongo central.
“D’autres activités sont justement prévues à Lukala”, lui a répondu Andreas Bischofberger.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*