Kongo central: les paramédicaux des hôpitaux publics décrètent dix jours de grève

Kongo central: les paramédicaux des hôpitaux publics décrètent dix jours de grève
Partagez

Les paramédicaux : infirmiers, kinésithérapeutes, aides-soignants, sages-femmes, techniciens de laboratoire, ambulanciers… débraient dans les différentes institutions médicales au Kongo central. Ils réclament une prime de risque insuffisante et un salaire décent. La grève qui débute le 17 juin pour dix jours va se pourrait se poursuivre.

L’intersyndical sillonnent  les formations médicales publiques pour inviter les paramédicaux à sécher le travail. ‘’ La fois dernière nous étions en grève sans obtenir gain de cause. Avec le président de la République qui dit : le peuple d’abord, cette fois-ci, nous devons avoir  la solution à notre problème de prime de risque et salaire insignifiant ‘’, lance l’un d’eux. Le message est suivi à la lettre. A l’hôpital provincial de référence de Kinkanda, à la Clinique, à Kiamvu…les médecins travaillent eux-mêmes. Les collaborateurs sont absents.

Des paramédicaux sans prime ni salaire

Au Kongo central, certains des paramédicaux mécanisés depuis plus de dix ans ne perçoivent pas de salaire encore moins de prime. ‘’ Je travaille durement. Malheureusement, je ne suis pas payée par l’Etat. C’est l’hôpital qui me donne 35 000 fc (17,5$) mensuellement. Heureusement que je ne paie pas le transport pour arriver au travail. D’ailleurs, je compte abandonner ‘’, se désole M. N de l’hôpital provincial de référence de Kinkanda.  Pourtant, en cette période de la Covid-19, ils sont nombreux qui sont en première ligne pour soigner les malades. Certains ont été contaminés, d’autres sont morts.

Le 17 juin, Bernadette Phola, une infirmière de Nsona-Nkulu, à Mbanza-Ngungu, a interpellé Chrisoly Mawete au cours de la cérémonie de remise des kits contre le Coronavirus dans cet hôpital.  ‘’ Depuis que ce centre est ouvert, nous travaillons ici. A la première vague, je passais des nuits ici, je manquais parfois à manger. Un jour, j’ai passé ma journée en ne mangeant qu’une mangue. Malheureusement, nous n’avons jamais été payés ‘’, a-t-elle dénoncé.

Patients inquiets

La grève décrétée pour dix jours au Kongo central est renouvelable. Les patients eux  en font les frais. ‘’ Les gens qui prennent soin de nous sont absents. Cette grève risque de causer d’énormes dégâts ‘’, craint Marianne, une patiente qui attend d’être reçu à la Clinique Kinkanda. ‘’ A cette allure les hôpitaux deviendront irrespirables. Qui va nettoyer ?, se rit une nettoyeuse, assis sous un arbre à la clinique Kinkanda.

A Kinshasa, la grève a été déclenchée le 8 juin dernier. Le secrétaire général de l’Union nationale des infirmiers du Congo Joseph Kibangula a promis que la grève va perdurer au cas où une solution n’est pas trouvée.

One Response to "Kongo central: les paramédicaux des hôpitaux publics décrètent dix jours de grève"

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.