Sexualité et prostate : ce qu’a dit le chirurgien Servais Lelo aux agents du gouvernorat du Kongo central

Sexualité et prostate : ce qu’a dit le chirurgien Servais Lelo aux agents du gouvernorat du Kongo central
Partagez

En campagne sur les maladies prostatiques, l’ONG Tabitha était au gouvernorat du Kongo central. Le chirurgien Dr Servais Lelo leur a aussi parlé de la sexualité. Hilarante !

Ça les fait marrer mais l’expert l’a dit : 21 éjaculations au moins par mois ou 4 à 5 fois par semaine lutte contre les maladies prostatiques.

Mais il  énumère aussi d’autres précautions à prendre : l’hygiène corporelle, l’hygiène des installations sanitaires, la bonne alimentation…

Dans la salle des réunions du gouvernorat, Dr Servais Lelo a expliqué à l’aide d’un vidéoprojecteur, les dangers, diagnostic, signes, traitement et préventions des maladies prostatiques. Sa présence a été exigée par le gouverneur ai Justin Luemba. En effet, c’est lui, le chirurgien qui va opérer les malades. ‘’ Parmi les maladies prostatiques, il y a des tumeurs malignes (cancers), bénignes mais aussi des infections. Elles causent d’énormes problèmes à la population ‘’, a-t-il expliqué.

Dr Servais Lelo, chirurgien

Prise en charge gratuite

A cause de la dangerosité des maladies prostatiques, l’ONG Tabitha s’est lancée dans cette campagne qui encourage Le test volontaire  de l’antigène prostatique spécifique. Quarante agents se sont dépistés après cette sensibilisation. ‘’ Je me devais de le faire parce que j’ai compris que c’est important ‘’, soutient l’un d’eux, 48 ans. Un succès pour cette ONG que préside le Dr Jean- Claude Pambu : ‘’ Nous sommes reconnaissants à la première autorité qui nous a accepté son excellence monsieur le vice-gouverneur qui représente le gouverneur empêché. A tous les cadres et personnel du gouverneur, nous leur disons merci pour la participation. ‘’

A l’Assemblée provinciale, 30 personnes s’étaient fait dépister. Les personnes malades vont être orientées au laboratoire du Ntima du Dr Martin Bunga pour des examens approfondis. Elles ne paieront que 30% de la facture. Il va s’en suivre l’opération qui sera faite par le chirurgien Lelo.

La population à risque pour développer la tumeur prostatique commence à partir de 45 ans pour les noirs et antillais. Quant aux infections chez l’homme caractérisées par la prostatite, une étude réalisée à Matadi par l’équipe de Dr Servais Lelo a montré que la tranche d’âge la plus touchée est de 31 à 45 ans dans la moitié des cas.

One Response to "Sexualité et prostate : ce qu’a dit le chirurgien Servais Lelo aux agents du gouvernorat du Kongo central"

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*