Boma : appui financier de la Fondation Peter Kazadi aux drépanocytaires du centre Lusadusu

Boma : appui financier de la Fondation Peter Kazadi  aux drépanocytaires du centre Lusadusu
Partagez

De l’argent pour acheter des médicaments en faveur des drépanocytaires de Lusadusu de Boma. La fondation Peter Kazadi revient dans ce centre médical qui a cruellement besoin d’aide. Une façon de célébrer avec elle, la journée mondiale de la lutte contre la drépanocytose.

La journée mondiale de lutte contre la drépanocytose le 19 juin serait passée sous silence si la fondation Peter Kazadi n’était pas venue à la rescousse du centre Lusadusu. Les drépanocytaires et leurs parents n’ont pas voulu rater la cérémonie. ”Votre soutien nous touche énormément parce que ce n’est pas la première fois que vous venez nous visiter. Merci pour cet appui financier qui va nous permettre de renforcer le centre en médicaments”, exulte Thierry Kangi, lui-même drépanocytaire et représentant du responsable de Lusadusu. 
Si cette fois, ils ont reçu de l’argent dont le montant n’a pas été révélé, en 2020, ce centre avait reçu de la même structure philanthropique, hormis de l’argent, des médicaments.  ‘’C’est votre journée. L’acte que nous posons aujourd’hui est en attendant le grand appui que la fondation et ses partenaires préparent en rapport avec le cahier de charge que vous nous avez présenté lors de notre première visite du centre”, Jules Bongila, le coordonnateur national.

Difficile prise en charge
La prise en charge des anémiques SS est un casse-tête au Kongo central. Boma  n’en est pas épargné. C’est ce qui a milité pour la création de ce centre. Malheureusement, son initiateur, Hippolyte Thamba, drépanocytaire et ses collaborateurs peinent à faire tourner Lusadusu qui soutient gratuitement les membres. En mai dernier, il avait mis la clé sous la porte. Conséquence : l’ingénieur Jaspin, un drépanocytaire est décédé. Thamba a dû faire du porte-en-porte pour se constituer une autre garantie. Lusadusu a rouvert avec sa cohorte de difficultés. Le soutien de la Fondation Peter Kazadi est une bouffée d’oxygène.   ‘’C’est un geste d’amour. Nous vous portons dans nos cœurs. Avec le peu que la fondation peut avoir, nous ne manquerons pas de vous assister’’, promet Jean-Marie Kalonzo, le coordinateur provincial. 

Se faire dépister

Au Kongo central, plus de 3 500 personnes souffrent de l’anémie à cellules falciformes.  Selon le médecin chef de zone de santé de Boma Dr Kennedy Nzebo ”de 2018 à ce jour, la province a enregistré plus de 3500 drépanocytaires  dont 60% concernent les enfants de moins de 5 ans”. Cependant, l’insuffisance de la connaissance de la maladie aussi bien au niveau de la communauté que par  des prestataires rend sa prise en charge difficile. ”La sensibilisation de la population sur cette maladie reste le socle  non seulement dans la réussite de la prévention primaire et secondaire mais aussi dans la réduction de l’incidence de la mortalité liée à cette maladie, soutient Dr Kennedy Nzebo. La prévention primaire passe par le conseil génétique, le dépistage néonatal, le dépistage préscolaire et prénuptial mais aussi le dépistage des donneurs bénévoles du sang et de masse. La prévention secondaire passe par l’information de la communauté sur l’existence de la maladie, l’éducation et l’accompagnement des familles concernées par cette maladie.” Il a sollicité l’accompagnement des partenaires techniques et financiers dans la lutte contre l’anémie SS à Boma avant d’inviter les habitants à se faire dépister.
Dans l’entretemps, Lusadusu continue de boire le calice jusqu’à la lie. ”Je viens souvent avec mon enfant de 14 ans pour des consultations, c’est pénible. Certes, c’est mon enfant mais que l’État puisse voir dans quelle mesure nous accompagner à l’instar des enfants vivant avec le VIH ou encore la tuberculose”, prie Ruth Tona.

Lire aussi:Boma : faute des moyens, l’ONG ” Les drépanocytaires ont droit à la vie ” ferme ses portes et perd une vie

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.