Hortensia, la résidence de feu Joseph Kasa-Vubu, à Boma que le ministre Modero Nsimba veut touristique

Hortensia, la résidence de feu Joseph Kasa-Vubu, à Boma que le ministre  Modero Nsimba veut touristique
Partagez

En séjour à Boma, ville portuaire et touristique, ancienne capitale de l’État indépendant du Congo et du Congo belge, Modero Nsimba, ministre du Tourisme met en lumière, Hortensia, la résidence de feu, le premier président de la RDC en abandon. Il désire en faire un patrimoine culturel.

Sur le mont Kinsundi, à Nzadi, le quartier le plus huppé de Boma, Modero Nsimba, le ministre du tourisme s’arrête devant une maison. Sur un écriteau, il est mentionné : ‘’ L’occupant est dignitaire de l’ordre national du léopard’’. Mais l’occupant Joseph Kasa-Vubu, astreint à résidence dans ce domicile est dans l’au-delà depuis le 24 mars 1969, quatre ans après avoir été évincé du pouvoir par Mobutu. Dans la parcelle, Hortensia est écrit sur la face principale. Certes qu’on y voit pas  ces fleurs mais des bougainvillées, des sisals, hibiscus et une pelouse qui entre en dormance. Sylvain Phambu, un membre de famille de feu le président Joseph Kasa Vubu, le premier de la RDC se décarcasse pour maintenir en état cette résidence. On y admire une maison bien construite et qui a conservé son charme. Modeste, l’homme de la bonne gouvernance avait le goût du beau. Mais 52 ans se sont écoulés : l’usure du temps. On y voit des vitres cassés, des treillis déchiquetés,  une maison  vétuste mais avec une belle architecture. ‘’ Nous voulons l’intégrer dans les sites touristiques de Boma. ). Cela va donner accès aux enfants qui n’ont pas connu l’histoire. Les moyens générés vont aider à l’entretenir. Lorsque les gens visitent le baobab de Stanley, le premier camp, qu’ils aient l’occasion de visiter la maison de Kasa-Vubu. On peut signer un protocole d’accord avec l’Office national du tourisme (ONT) et un pourcentage sera remis à la famille ‘’, propose Modero Nsimba qui compte s’entretenir d’abord avec les enfants Kasa-Vubu. D’autres symboles de cet héros national comme : la maison communale de Kasa-Vubu, son mausolée, sa résidence de Kanda-Kanda, à Kinshasa…le ministère du tourisme projette de les rénover.

Lire aussi:Bas-Congo : Que reste t- il de la résidence de Joseph Kasa-vubu !

Que de sites touristiques

Autres sites visités,  le baobab de Stanley près du port international de Boma. C’est le site le plus viable et le plus fréquenté par les touristes nationaux voire étrangers.  Il y a aussi les deux  premières voitures qui ont roulé sur le sol congolais, le cimetière des pionniers où furent enterré les premiers missionnaires, des militaires et marins qui ont travaillé au Congo belge et trois capitaines qui ont péri à la suite d’une explosion de leur navire dans le fleuve. Les débris de ce navire en métal sont encore visibles au fleuve. La résidence de l’ancien gouverneur belge Albert premier en face de la mairie, une maison métallique sur pilotis sert aujourd’hui de résidence des fonctionnaires et des bureaux administratifs des différents services de l’Etat. 

Le ministre du tourisme se rend aussi, un peu plus loin, au centre-ville. Il visite, le premier camp militaire, la place Albert premier. C’est là que le roi prononça son premier discours à l’époque coloniale. Modero Nsimba se rend aussi sur la route  de Muanda. Une  stèle rappelle l’endroit où fut construit en 1886 le fort de Tshinkakasa. C’est le premier camp de la Force publique, l’armée coloniale des indigènes.  La première prison construite par les Allemands s’y trouve aussi.

Réhabiliter les sites

‘’ Nous voulons que tous les sites touristiques de Boma soient rénovés en fin que vous puissiez réussir votre mandat comme vous êtes natif de cette ville. Le chef de l’état aime le Congo central nous aussi nous aimons le chef de l’état. Vous êtes chez vous.  Boma attend de vous des choses importante ‘’, touche la fibre sensible de Modero Nsimba, le maire de Boma Marie-Josée Niongo, qui fait clairement transparaître le souci de voir sa ville devenir un vrai centre d’attraction. ‘’ La visite du fort, c’est ce qui se fait partout. A Boma le fort Tsinkakasa est un  site  oublié. Nous allons le réhabiliter. De même que les autres sites  visités. Mais nous allons le relancer petit à petit pour permettre à la nouvelle génération de pénétrer l’histoire de notre pays à travers ces patrimoines  mais également  aux nationaux et  aux étrangers  de venir le visiter le fort  de Tsinkakasa à Boma’’, promet-il. ‘’ Je ne doute pas un seul instant avec l’arrivée de son excellence Modero en tant que ministre du Tourisme que nous puissions réellement faire de cette ville une ville touristique et historique. Nous  allons effectivement faire en sorte que  le secteur soit revalorisé pour donner à la ville énormément des ressources financières dont elle a besoin pour développer son économie par le tourisme’’ rassure Eva Muakasa, député national élu de Boma. Il tenait à cette visite.

Lire aussi: RDC: enfin Joseph Kasa Vubu, héros national

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.