En RDC, l’Ucofem outille des journalistes pour promouvoir la femme

En RDC, l’Ucofem outille des journalistes pour promouvoir la femme
Partagez

Trente-deux journalistes ont participé, à Kinshasa, à l’atelier sur le rôle des médias dans la promotion du leadership féminin et la participation des femmes à la vie politique et à la prise de décisions. A cette formation organisée par l’Union congolaise des femmes des médias(Ucofem), elles disent s’en sortir outillées.

 »Je suis satisfaite d’avoir mis à niveau mes connaissances apprises à l’Institut facultaire des sciences de l’information et de la communication car je dois reconnaître que nous journalistes sombrons parfois dans la routine et oublions les principes du métier. Avec ces différents concepts appris, j’ai des éclaircissements sur comment mener mon interview, comment faire le micro trottoir sur un sujet des femmes ou comment présenter mon émission des femmes en fin de les amener à aimer la politique et à bien vouloir accéder à des instances de prises de décisions  », a reconnu Julie Sefu de B-one.  » Nous avons été outillés de façon objective en ce qui concerne nos productions en vue de les diversifier dans l’objectif de faire avancer la participation politique de la femme, nous rentrons ragaillardies ayant apprise ces techniques et nous avons pris conscience de  notre propre leadership avant de d’assurer celui des hommes ‘’, ajoute  Sylvie Fortune Mbula de Antenne AA.

Pour y parvenir, ces femmes des médias doivent utiliser l’interview, le portrait, le microprogramme, le micro-trottoir… Ces genres journalistiques sont expliqués par Joseph Poto Poto, point focal de la communication de l’Unesco après avoir planché sur : la Participation de la femme à la vie politique et à la prise de décisions, défis, enjeux et perspectives de communication. Mais il y a aussi les thèmes : expériences pratiques des reportages et émissions sur le rôle que doit jouer les femmes des médias dans la promotion de vie politique des femmes en RDC.

Promouvoir la femme

Certaines de ces journalistes  le sont devenues parce qu’elles adulaient Chantal Kanymbo, ancienne journaliste de la chaine publique. Elle était en face d’elles. Sa célèbre émission deux sons de cloche qui n’a reçu que deux femmes sur une centaine d’hommes, son travail de rapporteur au Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication où il n’y a que deux femmes sur les 15 membres, une expérience qu’elle a partagée. Il s’est ensuivi celle toute aussi remarquable de Marie-Josée  Ifoku, candidate malheureuse à la présidence de la République en 2018.   » Dans vos reportages, émissions, magazines, articles  donnez aussi la parole aux femmes pour leurs promotions. Cette formation entre dans le cadre de la promotion de la femme en RDC car la représentative de la femme est à 30 %, dans ce gouvernement Sama Lukonde alors qu’il  était à 18% dans le gouvernement passé de Ilukamba. Certes il y a un avancé mais nous ne sommes pas encore satisfaites car l’article 14  de la Constitution parle de 50%  ‘’, relativise-t-elle.  ‘’ Faciliter la participation des femmes politique dans vos médias ; rendez visible ce qu’elles font.  Faites des campagnes de sensibilisation des femmes politiques et celles qui sont dans des postes de prises de décisions en faisant en sorte qu’il y ait un changement de comportement des hommes politiciens vis à vis de la femme ‘’, enchaîne Jean-Pierre Ilboudo. Présidente exécutive nationale de l’Ucofem Rose Mosala embouche la même trompette :  » Assurez une large visibilité des activités de femmes politiques , accordez le même temps de parole aux femmes qu’aux hommes , élargissez les émissions en tenant compte du genre . »

L’Union congolaise des femmes des médias(Ucofem) a organisé cette formation de trois jours en partenariat avec l’Unesco et ONU femmes.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.