Modero Nsimba chez Jean-Marc Kabund pour parler des œuvres d’arts de la RDC spoliées à restituer par la Belgique

Modero Nsimba chez Jean-Marc Kabund pour parler des œuvres d’arts de la RDC spoliées à restituer par la Belgique
Partagez

La feuille de route de la Belgique pour répertorier les œuvres d’arts de la RDC spoliés par la Belgique en vue de leur restitution a été présentée le 6 juillet dernier. Aubaine pour promouvoir le tourisme estime Modero Nsimba, ministre du secteur. C’est le but de sa rencontre avec le premier vice-président de la chambre basse Jean-Marc Kabund qui s’occupe notamment de la diplomatie.

Par Blaise Vangu

Afrika Museum de Tervuren, musée et centre de recherche sur l’Afrique, avec un accent sur l’Afrique centrale, à proximité de Bruxelles rassemble plus de 85 000 objets d’arts en provenance de la RDC sur les 120 000 qu’il contient. Il s’agit des statuts (Lusinga, Nkisi nkonde…), masques (Luba, d’éléphant…) etc. Plusieurs ont été emportés de force à l’époque coloniale. En effet, ses biens appartiennent à des familles, des clans …Congolais. Le ministre du Tourisme Modero Nsimba informe Jean-Marc Kabund de la volonté du gouvernement belge de les restituer. ‘’ Nous attendons cela à bras ouvert surtout que la RDC a une structure d’accueil de toutes les œuvres d’arts avec le musée national. Cela va augmenter le potentiel touristique de la RDC ‘’, lui a-t-il expliqué.

Dialogue en vue

En effet, l’idée est Thomas Dermine, secrétaire d’État pour la Relance et les Investissements stratégiques, en charge de la politique scientifique belge. “Les objets qui ont été acquis de façon illégitime par nos grands-parents, arrière-grands-parents ne nous appartiennent pas. Ils appartiennent au peuple congolais. Point final”, a en croire sa déclaration reprise sur www.rtbf.be. L’idée a fortement réjouit le premier vice-président de l’assemblée nationale Jean-Marc Kabund.

Un dialogue doit se tenir entre la Belgique et la RDC qui devra désigner les œuvres prises de force ou non. Et, c’est notamment pour cela que l’expertise de la chambre basse est requise.

Autres sujets au menu des entretiens : les protocoles d’accord qui lie la RDC et les pays de la zone dans le cadre du tourisme mais aussi le renforcement sur la plan législatif des moyens de travail sur le tourisme.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*