Au Kongo central, la Covid-19 plombe la planification familiale et l’économie des ménages

Au Kongo central, la Covid-19 plombe la planification familiale et l’économie des ménages
Partagez

Le coronavirus a un impact négatif sur la planification familiale et sur l’économie des ménages au Kongo central. C’est l’enquête Performance monitoring for action-République démocratique du Congo (PMA-RDC) phase 2 réalisée par l’Ecole de santé publique de Kinshasa qui le dévoile le mercredi 4 août, à Matadi, au cours de la journée de dissémination des résultats. Les causes en sont nombreuses.

“Quand une femme n’a plus que le sexe à offrir dans à son conjoint, elle est exposée notamment à des grossesses non désirées, car le sexe est utilisée comme monnaie d’échange par son partenaire”, fait comprendre le professeur Pierre Akilimali, Principal Investigateur de PMA- RDC. L’enquête a été menée de novembre 2020 à février 2021 sur 1 929 femmes de 15 à 49 ans dans les Zones de dénombrement (villages) de districts de Boma, Matadi, Bas-fleuve, Cataractes et Lukaya.

La moitié de ces femmes ont rapporté des difficultés d’accès aux établissements de santé. Principale raison: la peur de contracter le coronavirus. Et 5% des femmes ont arrêté ou interrompu l’utilisation de leur méthode contraceptive en raison des restrictions liées à la Covid (confinement, couvre-feu…). Parmi celles désireuses se rendre récemment dans un établissement de santé, 3% seulement y sont allées. Pourtant, aucun établissement n’a déclaré avoir mis la clé sous la porte ni suspendu ses services de planification familiale pendant ces restrictions, bien que l’enquête renseigne que 8% de ces établissements ont déclaré avoir vu leur personnel être réaffecté dans des tâches liées au Coronavirus.

Grossesses non désirées

Conséquence : sur 942 femmes enceintes (parmi les 1 929 interviewées), 593 d’entre elles soit 9% qui ne désiraient concevoir, sont tombées enceinte, 54% qui le désiraient plus tard en sont aussi tombées . Elisabeth, 32 ans, une habitante de Soyo, à Matadi est l’une d’elles. Elle affirme qu’elle est tombée enceinte pendant le confinement. Le médecin chef de zone de santé de Boma Dr Kennedy Nzebo avait déjà fait allusion à la hausse de taux de natalité au cours d’une émission en août 2020 : ”La vulnérabilité des jeunes face à la Covid-19 et la santé sexuelle et reproductive, le civisme et la citoyenneté” sur la Radio télévision Boma.   “Nous devons nous habituer à vivre avec la Covid-19. Le PMA nous a fourni des données nécessaires pour faire face à l’influence de cette pandémie. Il faut juste que nous prenions des dispositions et arrêtions des stratégies pour le continuum du programme de planification familiale dans la province afin de répondre aux besoins de femmes et de leurs familles,” rassure Dr Jacques Kimfuta, le chef de division provinciale de la santé du Kongo central.

Lire aussi:Journée de la jeunesse: les jeunes de Boma appelés à lutter contre la Covid-19 et à être responsables

Femmes dépendantes

Mais il y a aussi d’autres effets corolaires de la pandémie comme la chute de l’activité économique. Les ménages en ont fait les frais. Adeline a perdu son travail. “Avant, je vendais dans un magasin et j’étais d’un apport considérable financièrement dans mon foyer, mais la pandémie a tout dérangé. Les effectifs ont été réduits au strict minimum et comme un enfant, j’attends désormais tout de mon mari”, regrette-t-elle. Comme elle ‘’plus de la moitié des femmes en union se sont déclarées économiquement dépendantes de leur conjoint au cours des 4 semaines précédant l’enquête‘’. Du coup, cela a changé le rapport des forces au sein des couples. Chrisoly Mawete, ministre provincial de la Santé, pense “que les données présentées ce jour permettront au gouvernement provincial, à tous et à chacun de mettre ces indicateurs à contribution pour l’amélioration de l’accès et de la qualité des services de planification familiale et d’entrevoir des approches plus intégrées afin d’atteindre le dividende démographique”.
Le PMA-RDC est financé par la Fondation Bill et Mélinda Gates et soutenu par l’école de santé publique de l’université Jhons Hopkins Bloomberg des États-Unis d’Amérique et Jhpiego.

Lire aussi: L’école de santé publique de Kinshasa publie les résultats de son enquête PMA sur la planification familiale au Kongo central

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.