‘’Freddy Mulumba dégage ! Patrick Muyaya la RTNC n’est pas ta maison‘’ : En RDC, les slogans du personnel du média officiel en grève

‘’Freddy Mulumba dégage ! Patrick Muyaya la RTNC n’est pas ta maison‘’ : En RDC, les slogans du personnel du média officiel en grève
Partagez

Ce 24 août, premier jour de la grève à la Radio télévision nationale congolaise (RTNC), le personnel de la direction générale et celui des stations provinciales respectent le mot d’ordre du syndicat. Ils réclament une bonne rémunération, l’amélioration de leurs conditions de travail…Les cadres et agents ne veulent pas de leur directeur général ai et s’insurgent contre le ministre de la communication.

Tout est minimum sur la chaine nationale ce matin d’août : cinq minutes pour le journal de 7 heures, édition qui généralement atteint 30 minutes, quelques rares techniciens, animateurs et journalistes sur les antennes; cadres et agents en dehors de leurs bureaux. ‘’Freddy Mulumba dégage (le directeur général ai de la RTNC ; Ndlr) ! Patrick Muyaya (le ministre de la Communication et des médias, Ndlr), la RTNC n’est pas ta maison‘’ est devenu un refrain. Le personnel envahit le parvis de leur bâtiment muni des sifflets. Certains agents portent des tenues noires signe de deuil, d’autres ornent leurs têtes des feuilles d’arbres : une fanfare tonitruante accompagne les grévistes. ‘’Le DG pleure’’, raille un syndicaliste perché sur le toit d’un véhicule. Une phrase qui pousse des agents à lancer des quolibets. ‘’Il va pleurer de plus belle‘’, répondent en chœur d’autres travailleurs qui brandissent des rameaux. Une illustration de leur ras-le-bol.

’’ Nous méritons tout ça !!! ‘’

Leurs revendications se résument sur un calicot bien hissé: reliquats de salaire en conformité avec la loi des finances 2021, barème salarial 2022 (non signé et non pris en compte), solde du barème réajusté non payé malgré le protocole d’accord signé depuis avril 2019, redevance en souffrance depuis la loi promulguée par le chef de l’Etat en 2011, retraite hypothétique sans garantie, injustice dans l’octroi des primes du personnel, détournement des mandataires publics dans l’enveloppe salariale du personnel, conditions de travail médiocre, matériel vétuste…’’Nous méritons tout ça !!!‘’ C’est ce dépit qui clos leurs revendications.

A la station provinciale du Kongo central, les journaux télévisés de 8 heures et de 11 heures n’ont pas été diffusés. L’antenne est alimentée par la musique. A Kisangani, les agents sont dehors, un service minimum est respecté. ‘’ Qu’on paie notre argent, pas de négociation, nous en avons ras-le-bol ‘’, peste un agent.

C’est le cas dans d’autres stations provinciales. Le banc syndical avait déposé le 16 août un préavis de grève de six jours. Selon lui, la direction générale en a fait fi. Cette dernière s’en tient à la présence de l’Inspection générale des finances qui audite ce média public. Le personnel lui, ne décolère pas. ‘’ Tant que nous n’obtiendrons pas la solution à nos revendications, nous allons maintenir la grève, nous observerons une grève sèche ‘’, prévient un des responsables de la délégation syndicale. C’est la première fois qu’une pareille grève soit décrétée à la RTNC.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.