‘’ Faisons-nous partie de la RDC ? ‘’ : La question des habitants du secteur de Balari à la sénatrice Néfertiti Ngudianza

‘’ Faisons-nous partie de la RDC ? ‘’ : La question des habitants du secteur de Balari à la sénatrice Néfertiti Ngudianza
Partagez

Pendant deux semaines, la sénatrice Ngudianza a été en vacances parlementaires au Kongo central. A Luozi, particulièrement, à Miabi, elle découvre davantage de difficultés qui poussent les habitants à se demander s’ils font partie de la RDC. La sénatrice estime qu’il faut absolument l’implication du gouvernement congolais pour développer ce coin en particulier et tout le territoire en général.

Cette fois-ci, les vacances parlementaires de Néfertiti Ngudianza l’ont aussi conduite à Balari, frontalier au Congo-Brazzaville. Partie tôt de la cité de Luozi à bord d’un véhicule 4×4, elle est arrivé tard la nuit à Miabi : la route, 150 km, parcouru en plus de 10 heures un véritable casse-tête chinois. Elle a été interceptée par des habitants. ‘’ Faisons-nous partie de la RDC ? ‘’  Cette question, les habitants de ce secteur, une des dix que compte le territoire de Luozi, ils se la ressassent. ‘’ La population que vous voyez ici appartient à la RDC mais la mentalité de ce pays n’est pas dans leur tête. Elle n’a pas de liaison avec les centres assermentés. Pour arriver ici, vous avez souffert, c’est douloureux. Moi qui vous parle, je crains d’attendre Luozi de peur d’être victime d’un accident. Regarder la population est à majorité jeune, 90% n’a jamais atteint Luozi (la cité de Luozi, Ndlr) ‘’, explicite le chef de groupement un septuagénaire. Outre la route, les habitants riverains du fleuve Congo manquent de l’eau, les infrastructures de base etc. ‘’ Ce sont les choses dont nous entendons parler que nous vivons maintenant. Les problèmes à Luozi, il y en a légion. Cela demande des moyens d’Etat, estime Ngudianza. Nous en tant que fille du terroir ; sénatrice, nous faisons ce que nous pouvons dans la mesure de nos moyens.’’ 

Lire auss:Luozi :le cantonnage manuel sur le troncon Mpioka-Pont Nkata avance grâce au Cabef en partenariat avec la fondation Ngudianza

Territoire riche

Pourtant, le territoire de Luozi, 7 772 km² dont six de dix secteurs sont frontaliers au Congo-Brazzaville est agricole, minier et touristique. Selon la Cellule d’analyses des indicateurs de développement (CAID), ‘’C’est le seul territoire de la province qui abrite la deuxième vallée agricole la plus productive du pays, la vallée de la Luala après la Ruzizi à l’est du pays ‘’. Elle note aussi l’existence de plusieurs chutes d’eau à potentialité hydroélectrique constante ; un sol argileux favorable à la rétention d’eau et donc à la grande productivité agricole mais aussi à la fabrication des céramiques, poterie et briques pour la construction des maisons…Géologue Greg Mavambu signale de l’or, manganèse, diamant, du fer, marbre etc.

Une fondation qui a pignon sur rue

Ce qu’elle fait, c’est au travers de sa fondation éponyme dont le siège imposant a été inauguré dans la cité de Luozi. Elle est en train de jeter deux grands ponts (Nkata et Kintuala) dans les secteurs de Kivunda et Kimbanza, a octroyé deux bourses d’études aux lauréats à l’examen d’Etat (baccalauréat, Ndlr) édition 2019-2020, soutient les églises qui construisent leurs temples avec des tôles, des chaises et de l’argent. C’est le cas des adeptes de Bundu dia Kongo (100 tôles, 150 chaises et de l’argent) et de l’église Les centres médicaux, la prison, les chefs de secteurs, de groupements, les autorités du territoire bénéficient de l’attention particulière de la fondation Ngudianza. Au cours de son séjour, plus de 2 200 écoliers de Luozi (à la cité et les dix secteurs), dans les territoires de Kasangulu, Songololo et Madimba ont bénéficié des kits scolaires pour la rentrée scolaire 2021-2022 du 4 octobre prochain. Certains n’avaient que des sachets pour protéger leurs cahiers. Les élèves du district du Bas-Fleuve seront aussi concernés.

Lire aussi: A Luozi, la construction du siège de la fondation Ngudianza aide les élèves des options techniques à lier la théorie à la pratique

Ce reportage a été écrit grâce aux images de Carlys Kaluangila d’Antenne A.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.