Mbanza-Ngungu : une famille accuse un préfet de tenter d’empêcher leur fils de passer l’Exétat pour une dette de 1 000 fc (0,5$)

Mbanza-Ngungu : une famille accuse un préfet de tenter d’empêcher leur fils de passer l’Exétat pour une dette de 1 000 fc (0,5$)
Partagez

Ken Kafuta, élève finaliste au Lycée Kivuvu , à Mbanza-Ngungu, au Kongo central, a passé un mauvais quart d’heure le premier jour de l’examen d’Etat(Exétat). L’accès lui a été refusé par manque de macaron retenu par son école à cause d’une dette de 1 000 Fc (0,5$) selon un membre de sa famille. Ce que dément le préfet.

Akim Kafuta, grand-frère de Ken se demande si dans un état de droit, ‘’on peut mettre la vie des enfants en danger à cause d’une dette de 1 000 Fc?’’. En effet, rater une des quatre journées de l’examen d’Etat(baccalauréat) équivaut à perdre toute l’année. Pour l’éviter, son petit-frère est vite rentré dans son école pour récupérer son macaron(le document qui donne accès dans la salle pour passer les épreuves, Ndlr) pendant que déjà dans les salles, les autres élèves s’apprêtaient à démarrer les épreuves des examens d’Etat. ‘’ J’ai appelé le préfet qui m’a confirmé que le macaron était saisi pour 1 000 fc. Imaginez-vous ce que nous avons pu traverser ?‘’, regrette Akim.

‘’ Pourquoi on doit bloquer le macaron ? ‘’

’ Pourquoi on doit bloquer le macaron ? ‘’, dément Emile Bavedila, le préfet des études du Lycée Kivuvu. L’école n’exploite que les valeurs sinon, nous devons fermer. Exploitons les aspects qui sont positifs. C’est comme si on veut causer du tort, non ! Nous cultivons le sens de responsabilité des enfants. ‘’ Pour lui, ‘’il y a un groupe d’enfants dont Kafuta qui séchaient les cours et qui n’ont pas remis la totalité des frais de scolarité pendant que les parents ont tout payés. Ils devaient se présenter d’abord à l’école et non directement au centre de l’examen d’Etat ‘’. ‘’ Voilà un cas type de la collaboration permanente qui devait exister entre l’école et la famille. Les parents doivent faire nécessairement le suivi pour connaitre le comportement des enfants pour le suivre convenablement ‘’, estime pour sa part Lambert Mbadu, directeur de la province éducationnelle Kongo central 2 qui pense ” qu’il y a eu une petite erreur des responsables du Lycée Kivuvu qui devaient être en contact avec les parents des élèves ”.

Akim Kafuta reste catégorique : ‘’ le préfet ne peut que se dédouaner, l’enfant avait bel et bien payé ses frais. ‘’

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.