Victimes aussi de l’interdiction d’organiser la médecine dans leur institution, les étudiants de l’UKV Boma manifestent

Victimes aussi de l’interdiction d’organiser la médecine dans leur institution, les étudiants de l’UKV Boma manifestent
Partagez

Les étudiants de l’Université Kasa-Vubu de Boma sont contre la décision du ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU) qui interdit d’organiser la faculté de médecine dans certaines universités en RDC dont la leur dès la rentrée académique prochaine. Les recrutements sont prohibés pour l’année académique 2021-2022.

Ces étudiants de médecine en colère barricadent la route nationale pendant environ 45 minutes et ont brûlé des pneus. Ils étaient soutenus par certains habitants.  »Nous, étudiants de l’UKV, voulons le changement de la décision du ministre interdisant l’organisation de la médecine dans notre institution », tempête Francis Mavungu, leur coordonnateur. Son comité a rencontré Marie-Josée Niongo, le maire qui les a apaisés. ‘’Nous sommes rassurés que les autorités sont impliquées dans cette affaire pour trouver solution à notre revendication’’, rapporte Francis.

Faculté de médecine sans clinique

En RDC, 16 universités seulement sont autorisées à organiser la médecine, renseigne une note circulaire du ministre adressée aux recteurs des universités tant publiques que privées de l’ESU signée le 17 septembre. Une décision motivée par le rapport de l’ordre national des médecins présenté et adopté au cours des assises sur les états généraux de l’enseignement supérieur et universitaire tenues à Lubumbashi du 10 au 14 septembre. Plusieurs de ces universités qui forment les médecins n’ont pas de clinique.  »Nous avons conclu un partenariat avec l’hôpital général de référence ici à Boma et nous en avons la preuve. En attendant, nous avons une clinique en construction. Le bâtiment est presque fini. Il nous manque l’eau et l’électricité », se défend leur coordonnateur.

Uniquement l’UK au Kongo central

Au Kongo central, uniquement l’Université Kongo est autorisée à organiser la faculté de médecine.  »L’UKV est une université d’État à moins qu’on nous dise le contraire. Dès lors que le gouvernement a agréé l’UKV avec toutes ses facultés, plus de 10 ans après on ne peut pas se retourner contre cette université. Il revient à l’État de la subventionner comme il le fait avec les autres institutions, je cite l’Université de Kinshasa. Même l’Université Kongo qui est retenue sur la liste des établissement habiletés à organiser la faculté de médecine n’a jamais construit une clinique, elle est affiliée à l’hôpital Saint Luc de Kisantu », soutient Frazier Mvemba, un habitant qui qualifie la décision du ministre’ ‘d’impopulaire ». ‘’Je suis ensemble avec la communauté estudiantine. L’absence d’une clinique ou d’un laboratoire moderne constitue un danger imminent et ça nécessite une solution. Les étudiants doivent se calmer parce que la situation est sous contrôle. Mais nous demandons aux élus Ne kongo et la notabilité de voir dans quelle mesure intervenir. L’UKV est une université d’État, si le gouvernement est démissionnaire, les autorités de la province doivent penser à une mobilisation des fonds », estime Me Samba. Une délégation des étudiants de cette université envisage poser leur problème au gouverneur intérimaire Justin Luemba.

L’administrateur du budget de cette université précise que ‘’la note circulaire ne ferme nullement     la faculté de médecine de l’UKV ou d’ailleurs. Il s’agit d’une interdiction de recrutement uniquement pour l’année académique 2021-2022  et que cela ne concerne pas directement les étudiants inscrits en médecine dans  toutes les promotions pour l’année académique 2020-5-21 ‘’. Selon le ministre  Muhindo Nzangi ‘’ des  dispositions ultérieures préciseront les modalités de réorientation des étudiants des classes montantes, des établissements frappés par la mesure de fermeture de la faculté de médecine, vers les universités viables appelées à poursuivre les enseignements en médecine ‘’. 

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.