Au Kongo central, campagne de vaccination de masse des animaux de compagnie contre la rage dès le 28 septembre

Au Kongo central, campagne de vaccination de masse des animaux de compagnie contre la rage dès le 28 septembre
Partagez

Chiens, chats et singes vont être vaccinés au Kongo central contre la rage. La campagne de vaccination de masse démarre le 28 septembre prochain, journée mondiale contre la rage.

Pour Matadi, le maire Pathy Nzuzi demande aux habitants  »d’amener leurs animaux auprès des services vétérinaires pour être vaccinés au prix de 6 000 fc (3$) par animal ». Les sites retenus sont: la clinique vétérinaire de Matadi, ITAV com Mpozo, Chapelle des vainqueurs OEBK, terrain Soyo3, terrain Cmdc et Kinduku, cercle SCTP, camp Banana (école Mambote), terrain Biwewe, marché Momo, pont Mpozo, et inspection urbaine de l’agriculture (marché Sud).
La rage est une maladie qui se transmet de l’animal à l’homme. Lorsqu’après une morsure les symptômes apparaissent, il n’y a plus de traitement.  »Il faut immuniser les réservoirs du virus que sont les animaux de compagnie, chiens, chats et singes », précise Dr Christian Bakebidio, des services vétérinaires de Matadi.

Recherche des moyens

Malheureusement, les nombreuses campagnes contre la rage se butent à un problème de moyens. Pour y parvenir, la clinique vétérinaire s’endette souvent auprès des vendeurs du vaccin à Kinshasa. Pour l’année 2020, seuls 1 800 animaux ont été vaccinés au Kongo central uniquement dans les villes et grandes agglomérations. D’autres comme Kinzau-Mvuete n’ont pas vacciné leurs animaux. Luozi pour la première fois pourtant, n’en a vacciné que 20.
Mais il y a aussi des animaux sauvages qui sont des réservoirs de la rage comme: la chauve-souris, le chacal… En 2019 curieusement, un cas positif a été trouvé sur une chèvre.  »Il faut des vaccinations répétées de masse. La lutte est préventive et non curative », prévient Dr Christian.
La fin de la campagne est programmée le 2 octobre prochain. Pour l’instant, la division prrovinciale de pêche et élevage à travers son bureau technique des services vétérinaires, en collaboration avec les différentes entités (Territoires, Villes et grandes cités…) se décarcasse pour trouver les moyens.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.